ACCUEIL 28.6.2016 Mis à jour à 17h00

Impôt sur les chiens: «Il faut l’abolir!»

Politique

Le député genevois Thierry Cerutti dépose aujourd'hui devant le Grand Conseil un texte visant à abolir l’impôt sur les chiens.

Par Valérie Duby. Mis à jour le 29.08.2014 105 Commentaires

Thierry Cerutti insiste sur l’aspect social.
Image: Christian Bonzon

Faut-il abolir cet impôt?

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Il était déjà signataire d’un projet de loi pour abolir l’impôt sur les chiens en 2012. Celui-ci avait été refusé. Mais le député genevois Thierry Cerutti remet aujourd’hui le sujet sur le tapis en déposant un nouveau texte devant le Grand Conseil afin de modifier la loi générale sur les contributions publiques. Sujet populaire, pour ne pas dire populiste? Sujet en tout cas sensible, s’agissant des plus fidèles amis des hommes et du porte-monnaie de leurs propriétaires.

Thierry Cerutti ne prend pas de raccourci: «Pourquoi la collectivité payerait-elle des skateparks, des pistes cyclables, pourquoi subventionnerait-elle la culture et pas les chiens?» Autre interrogation: «Pourquoi les propriétaires de chats, d’oiseaux, de poissons ou d’autres animaux de compagnie ne devraient-ils pas être eux aussi soumis à une taxe? Vous savez, on peut tout remettre en cause!»

Animal «d’utilité publique»

Egalement conseiller municipal de Vernier, où une pétition sur le même sujet a été déposée au début du mois, l’heureux «papa» de «Leo», terrier de Boston de 3 ans, insiste sur l’aspect social: «Pour bon nombre de gens, notamment les personnes âgées et précarisées, la présence d’un compagnon à quatre pattes favorise le maintien d’une activité physique et sociale.» Alors, oui, pour Thierry Cerutti, le chien est d’utilité publique.

Propriétaire de quatre canidés, Françoise sait que «certaines personnes ne sont en vie qu’à cause de leur chien». Pour la Genevoise, il y a quand même à dire sur les impôts des toutous. «Ce que je ne trouve pas du tout normal, c’est que les prix sont exponentiels en fonction du nombre d’animaux, tout comme je ne trouve pas normal que selon la commune où l’on habite, on ne paye pas les mêmes tarifs», poursuit-elle. Domiciliée en Ville de Genève, Françoise débourse chaque année 660 francs en médailles. Si elle habitait Bardonnex ou Anières, il ne lui en coûterait que 435 francs.

Le projet de loi va être renvoyé en commission fiscale. Le député MCG pense que «cette fois, il a des chances de passer, la majorité du Parlement estimant que l’on paye trop d’impôts et que celui-ci n’est pas justifié». Thierry Cerutti en profite pour dire que «ce n’est pas en supprimant cette taxe que l’on va ruiner la République. Cet impôt rapporte dans les 2 millions sur un budget de 8 milliards.» Encore que par les temps qui courent à Genève, il n’y a pas de petites économies!

(Le Matin)

Créé: 29.08.2014, 07h12

105

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

105 Commentaires

José Padreda

29.08.2014, 08:46 Heures

Je propose un impôt pour les politiciens payés à rien faire et un autre sur la bêtise.L'état n'aurait plus de souci financier. Répondre


Charles Rosset

29.08.2014, 08:59 Heures

abolir, non mais obliger les propriétaires et promeneurs à ramasser les crottes qui garnissent les rues et les trottoirs de nombreuses villes c 'est une honte. Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne