ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 18h36

«J’étais une patate chaude!»

Couac

Un hôpital public doit-il traiter les patients préalablement opérés dans le privé et présentant des complications? Un Fribourgeois paie physiquement les frais de cette question qui fait débat.

Par Anne Hemmer. Mis à jour le 08.05.2012 39 Commentaires

Image: Laurent Crottet

PRATIQUES FAVORISÉES

Cas similaires en Suisse

Pour le directeur médical de l’hôpital fribourgeois (HFR), Bernard Vermeulen, le cas de ce patient n’est pas isolé. «Depuis l’entrée en vigueur au 1er janvier du nouveau financement hospitalier, les cliniques privées pratiquent les opérations, encaissent l’argent et, pour limiter les coûts, nous renvoient le patient en cas de complications», explique-t-il. Ce que réfutent les deux établissements privés de Fribourg, la Clinique Générale et l’Hôpital Daler.

Si le HFR semble être le seul hôpital public à faire ce constat en Suisse romande, des cas similaires ont été observés en Suisse alémanique. «Le nouveau système pousse en effet à ce genre de pratiques», explique le vice-président de la Fédération suisse des patients, Jean-François Steiert. Aussi conseiller national (PS/FR), il note que des interventions parlementaires ont été déposées la semaine passée pour que des solutions soient trouvées.

Partager & Commenter

Laurent Tschanz, 28?ans, est dégoûté. Il faut dire qu’il s’est trouvé au cœur d’une bataille médicale qui le laisse touché dans sa santé – deux hôpitaux fribourgeois s’étant renvoyé son cas comme «une patate chaude».

Dans les faits, tout commence par une opération à un genou, début mars, dans une clinique privée. Un mois plus tard, Laurent Tschanz fait une chute et sa cicatrice s’ouvre. «J’avais un trou profond de 1,5?centimètre», explique-t-il. Inquiet, il appelle alors le chirurgien qui l’a opéré. Mais celui-ci n’a pas le temps de le recevoir et l’envoie donc aux urgences de l’Hôpital de Riaz (HFR). «Là, ils ont désinfecté la plaie, l’ont recouverte d’un pansement et m’ont dit de retourner voir mon chirurgien… alors que je n’avais rendez-vous avec lui que deux jours plus tard.»

Les médecins des deux institutions s’appellent alors pour tenter de convaincre l’autre de s’occuper du patient. Lequel, perdu et souffrant, finit par se rendre au service des urgences à Fribourg (HFR). «Ils ont nettoyé l’infection, sans quoi j’aurais pu perdre ma jambe, puis hospitalisé un mois car j’avais contracté un staphylocoque doré, raconte-t-il. Si l’on s’était occupé de moi de suite, je n’en serais peut-être pas arrivé là… La rééducation va prendre 3 à 4?mois et il n’est pas sûr que je marcherai comme avant.»

Il va porter plainte

Comment en est-on arrivé là? Pour le directeur médical de l’hôpital fribourgeois (HFR), Bernard Vermeulen, les établissements publics n’ont pas à absorber les patients préalablement opérés dans le privé et arrivant avec des complications. Il estime que «les médecins de Riaz ont parfaitement fait leur travail. Ils ont traité l’urgence puis renvoyé le patient vers son médecin traitant.»

Un point de vue que ce dernier, le Dr?Henning Meyer, ne partage évidemment pas: «A la Clinique Générale, nous n’avons pas de service d’urgences et des plannings opératoires chargés. Nous ne pouvons prendre en charge ce genre de cas, explique-t-il. C’est alors aux urgences de jouer leur rôle. Ainsi, il n’était pas judicieux de laisser partir le patient avec une plaie infectée alors qu’il n’avait rendez-vous avec moi que deux jours plus tard!»

Une chose est sûre, Laurent Tschanz a pris un avocat et décidé de se faire rembourser les frais occasionnés: «Je vais porter plainte contre le chirurgien. Et s’il le faut j’irai jusqu’au Tribunal fédéral.» (Le Matin)

Créé: 09.05.2012, 07h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

39 Commentaires

Phil Ox

09.05.2012, 08:13 Heures
Signaler un abus 16 Recommandation 0

Comment peut-on poser une telle question?Un patient doit pouvoir être pris en charge dans le public en cas de complications dans le privé. Peu importe son choix initial (généralement la spécialisation), il paie sa LAMAL comme tout le monde! La question se pose aussi avec les accouchements, un bébé qui vient de naître et pas pré-assuré en privé doit-il être transféré en cas de problème? Répondre


Ben Montereau

09.05.2012, 10:32 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

La réaction de la clinique privée démontre l'évidence: les privés veulent le planifiée et le rentable, le public doit se débrouiller pour tout le reste et les urgences! C'est tellement confortable que cela en devient insupportable (et je suis de droite). Soit les privés s'occupent AUSSI des urgences et en supportent les conséquences financières ou on les ferme! Répondre



Sondage

Déclaration anti-drapeau des jeunes PS, site de dénonciation anti-profs du côté UDC… Les jeunes des partis poussent-ils la provoc trop loin?




Sondage

Vous voudriez manger sainement mais c'est difficile car...






Sondage

Doit-on taxer davantage les automobilistes pendulaires?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne