ACCUEIL 30.6.2016 Mis à jour à 17h50

Jésus recyclé en icône gay

Provocation

A Neuchâtel, une exposition s’interroge sur l’orientation sexuelle du Christ. Polémique annoncée à la veille de Pâques.

Par Renaud Malik. Mis à jour le 01.04.2012 416 Commentaires
En mettant en scène un Christ enfermé dans une cage prête à tomber, l’artiste neuchâtelois Grégoire Dufaux dit avoir voulu représenter la crise des valeurs de l’Eglise.

En mettant en scène un Christ enfermé dans une cage prête à tomber, l’artiste neuchâtelois Grégoire Dufaux dit avoir voulu représenter la crise des valeurs de l’Eglise.
Image: Le Matin

L'EDITO


Fichons la paix à Jésus

Jésus aurait-il été gay s’il était né au XXIe siècle? C’est la question qu’a choisi de poser une galerie d’art neuchâteloise, en demandant à quatre artistes de s’en inspirer librement. Les réactions sont déjà vives face à ces œuvres qui sexualisent la figure du Christ, mélangent iconographie religieuse et esthétique gay, et critiquent ouvertement la morale rigide des Eglises. Sur le livre d’or de l’exposition, un visiteur présent lors du vernissage a rendu son verdict: «Blasphème!»

Le directeur de la galerie, lui, jure qu’il n’a voulu qu’encourager la réflexion sur l’identité sexuelle. Mais admet avoir choisi d’inaugurer l’expo à la veille de Pâques, sachant que le débat n’en serait que plus vif. Bien sûr, ajoute-t-il, certains chrétiens seront offensés. Mais ce n’est que le juste retour des choses, puisque les gays eux-mêmes sont offensés par le discours homophobe des Eglises.

Dans ces conditions, on se demande un peu à quoi vont ressembler le «débat» et la «réflexion» attendus par l’organisateur. Certes, Neuchâtel n’est pas Paris, et on n’assistera sans doute pas aux scènes d’hystérie provoquées l’an passé en France par des œuvres détournant elles aussi la figure du Christ, à l’exemple de la pièce «Golgota Picnic».

Mais l’effet ne risque-t-il pas d’être le même? Ne va-t-on pas braquer les chrétiens les plus ouverts, et donner des arguments supplémentaires à ceux qui haïssent les homos? Souhaitons qu’une telle expo ne fasse pas, au final, plus de mal que de bien à la communauté gay.

Renaud Malik

La question du jour: est-ce de la provocation gratuite?

« Blasphème!» Le mot a été écrit d’une main rageuse à la deuxième page du livre d’or de l’exposition. C’est l’œuvre d’un visiteur anonyme qui, de passage au vernissage organisé jeudi soir à la Galerie C de Neuchâtel, a voulu crier son indignation. Le simple titre de l’exposition, présentée ici jusqu’au 12 mai, lui est apparu comme une insulte faite à Dieu: «Would the Christ have been gay?» («Est-ce que le Christ aurait été homo?»)

Judas amoureux

Il faut sonner pour pénétrer dans la Galerie C, située à deux pas du lac. A peine est-on entré que le ton est donné: un Christ gît au sol avec, à ses pieds, le drapeau arc-en-ciel de la communauté gay. A l’étage, des tableaux mettent en scène la passion brûlante de Judas pour Jésus. Plus loin, une toile mélange une scène de procession catholique à une image de la gay pride. Il y a encore ce tableau inspiré du «Christ au tombeau» de Holbein (1521), qui montre un gisant s’adonnant au plaisir solitaire. On l’aura compris: les quatre artistes qui exposent ici ont tous cherché à explorer le thème de l’identité sexuelle de Jésus. Quitte à le recycler en pure icône gay.

Provocation gratuite? Difficile en tout cas de ne pas faire le rapprochement avec ces œuvres qui, à l’exemple de la pièce «Golgota Picnic», ont fait scandale en France l’an passé en détournant de manière provocante la figure du Christ (lire encadré). Christian Egger, directeur de la Galerie C, jure pour sa part ne pas avoir recherché la provocation à tout prix. «Les quatre artistes, c’est vrai, ont une position critique vis-à-vis de l’Eglise et de sa conception de la morale sexuelle. Mais le but n’est pas de blasphémer ni de jeter de l’huile sur le feu. J’ai juste cherché à mettre à disposition un lieu pour la réflexion et le débat.» Il admet pourtant avoir délibérément choisi la veille de Pâques pour inaugurer l’exposition, sachant que la réaction n’en serait que plus vive. Il dit s’attendre par ailleurs que certains se sentent offensés: «Je comprends que cela puisse blesser ou choquer des communautés. Tout comme la communauté gay peut être blessée quand on dit que l’homosexualité est un péché!» L’exposition, quoi qu’il en soit, a bénéficié de soutiens officiels. Conservateur du Musée d’art et histoire de Neuchâtel, Walter Tschopp a même prêté à la galerie une des pièces maîtresses du musée, une déposition de croix datant du XVIe siècle qui côtoie désormais un tableau associant la Vierge Marie à une mère porteuse. «Il n’y a rien de choquant dans ce mélange, observe Walter Tschopp.

L’exposition est peut-être provocatrice, mais certainement pas offensante. Si ça peut heurter certains chrétiens, c’est uniquement parce qu’ils considèrent à tort l’homosexualité comme une maladie.» Aucune chance, assure le conservateur, de revivre en 2012 le scandale de Fri-Art, à Fribourg, en 1981. Lui-même était l’un des organisateurs de cette exposition majeure qui avait eu l’audace d’exposer trois tableaux de Joseph-Felix Müller montrant un Christ en érection. Après deux semaines, la police était intervenue pour confisquer les tableaux. Condamnés pour «obscénité sexuelle», Walter Tschopp et ses pairs avaient dû aller jusqu’à la Cour des droits de l’homme à Strasbourg pour récupérer les œuvres.

Fribourgeois d’origine, Christian Egger avoue de son côté qu’il n’aurait «peut-être pas osé» organiser son expo en terre catholique. Il s’attend à susciter moins de réactions viscérales à Neuchâtel, où, protestantisme oblige, «on est plus dans la retenue». Le galeriste conclut qu’il n’a prévu aucune mesure de sécurité spécifique, mais n’exclut pas des débordements: «J’ai déjà reçu deux messages de menace. De toute façon, dès qu’on réfléchit, on prend des risques.» (Le Matin)

Créé: 01.04.2012, 23h08

416

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

416 Commentaires

Père Siffleur

01.04.2012, 23:31 Heures

Je suis absolument contre les religions, quelles qu'elles soient, car la plupart des conflits découlent de l'interprétation humaine des doctrines chrétiennes, juives, musulmanes. Cependant, que Jésus ait été gay ou non n'apporte aucun éclairage intéressant à l'histoire. L'orientation sexuelle de bien des dignitaires religieux n'est pas clairement définie, au vu des divers abus qui ont été commis. Répondre


Jean Char

01.04.2012, 23:55 Heures

Une insulte tellement facile, si convenue, si politiquement correcte. J'attends avec impatience qu'un "artiste engagé" (mouarf!) nous gratifie d'une telle expo puante sur Momo à la veille de Ramadan. Allo?! Y'a plus personne??! Répondre



Sondage

A quelle série la photo de la nouvelle Municipalité de Lausanne vous fait-elle penser?





Sondage

Doris Leuthard a-t-elle raison de vouloir taxer les pendulaires aux heures de pointe?




Sondage

Accepteriez-vous de fournir votre profil Facebook pour obtenir un visa?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne