ACCUEIL 23.7.2014 Mis à jour à 21h59

José Manuel Barroso, un ami de la Suisse

Relations Suisse-UE

José Manuel Barroso a déjeuné ce midi à Bruxelles avec Eveline Widmer-Schlumpf et Didier Burkhalter. Malgré les nombreux différends qui opposent en ce moment l'Union européenne et la Suisse, il reste un allié objectif.

Par Marc-Henri Jobin. Mis à jour le 20.03.2012 2 Commentaires

1/6 Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso suit le dossier de la Suisse.
Image: Reuters

   

José Manuel Barroso en personne a accueilli ce mardi à Bruxelles la délégation du Conseil fédéral. Apparemment, parce que Catherine Ashton était absente, ce qui du reste était bien le cas.

Mais la cheffe de la diplomatie de l'UE avait auparavant envoyé une missive au gouvernement suisse. Elle a critiqué dans celle-ci le fait que la position du Conseil fédéral sur les questions institutionnelles n'a pas varié d'un iota.

Les bilatérales sont dans l'impasse. Du coup, José Manuel Barroso est entré en scène comme déjà par le passé. Ce n'est pas la première fois qu'il se fait le porteur de mauvaises nouvelles et qu'il pose, avec une mine qui en dit long, aux côtés de représentants du Conseil fédéral, au moment de tirer un bilan en demi-teinte.

Un ami sous-estimé

Car en dépit des blocages, le président portugais de la Commission européenne, qui fêtera le 23 mars ses 56 ans, est un allié objectif de la Suisse. Il connaît bien notre pays et y garde de nombreux des contacts pour avoir étudié à Genève dans les années septante.

L'ancien directeur de La Poste Jean-Noël Rey a été l'un de ses camarades. Il se souvient que José Barroso lui avait reproché d'être «de droite», alors que lui était déjà membre du Parti socialiste suisse. Dans sa jeunesse, José Barroso, porté par la Révolution des œillets de 1974, a présidé le Mouvement les étudiants maoïstes portugais.

Il a rejoint en 1980 le parti socialiste, plus modéré, auquel il est resté fidèle depuis. C'est à cette date qu'il a entamé une carrière politique fulgurante, qui l'a vu d'abord élu par six fois comme député au parlement, puis entrer au gouvernement en 1985.

José Manuel Barroso est devenu ministre des Affaires étrangères à l'âge de 36 ans. A 48 ans, il s'est vu confier la présidence de la Commission européenne. «José Barroso est très ouvert et d'un abord facile», relève Jean-Noël Rey, pour qui la Suisse n'a pas assez conscience de la connaissance profonde qu'il a de notre pays.

Pour accueillir la présidente

Officiellement, José Barroso n'a pas accueilli Eveline Widmer-Schlumpf et Didier Burkhalter parce que Catherine Ashton était absente. Selon son porte-parole Jens Mester, le fait que la présidente de la Confédération se soit déplacée en personne justifiait que le président de la Commission l'accueille, avec Didier Burkhalter.

Il est certain que, compte tenu aussi de son expérience personnelle, José Barroso souhaite entretenir de bonnes relations avec la Suisse, a dit Jens Mester à Newsnet/tages-anzeiger.ch. «Ce qui ne l'aura pas empêché toutefois de présenter clairement la position de l'UE». (Newsnet)

Créé: 20.03.2012, 18h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Pamplune Larousse

20.03.2012, 19:42 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Après avoir tant critiqué la Suisse, les Suisses eux n'éprouvent pas la réciprocité pour cette personne. Répondre


Harry Schlesinger

22.03.2012, 07:18 Heures
Signaler un abus

Peut-être pourrait-on négocier avec ce Portugais la non-extension de la libre-circulation aux anciennes colonies de pays de l'Union européenne, ça nous éviterait de devoir incarcérer les Cap verdiens. Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne