ACCUEIL 1.8.2014 Mis à jour à 13h39

La loco miniature à nouveau sur les rails

Swiss Vapeur Parc

L’un des deux modèles réduits de locomotives volés l’automne dernier au Bouveret (VS) reprendra du service dès demain au Swiss Vapeur Parc.

Par Benjamin Pillard. Mis à jour le 14.06.2012

1/5 Laurent de Senarclens

   

Partager & Commenter

En voilà une qui revient de loin. Après un peu plus de quatre mois et 150 heures de réparation, la locomotive miniature «BVB» (pour «Bex-Villars-Bretaye», petit train électrique de montagne vaudois) fera son grand retour dès demain au Swiss Vapeur Parc du Bouveret (VS), à l’occasion du 31e Festival international de la vapeur. «Ca fait plaisir qu’elle soit de nouveau sur roues.» Claude Gachnang, 77 ans, n’est autre que le papa de ce modèle réduit. Cofondateur du parc d’attractions en 1989, ce mécanicien électricien à la retraite avait été très affecté par le vol de sa loco à essence en novembre dernier dans les hangars du Swiss Vapeur, alors que les installations étaient fermées au public pour l’hiver.

Un mois plus tard, les enquêteurs de la police cantonale valaisanne retrouvaient la trace de l’engin ainsi que de la «Malett», l’autre motrice dérobée - à Pratteln (Bâle-Campagne) et à Lucerne -, après avoir suivi deux Suisses qui menaient des repérages au Bouveret pour voler une troisième loco. Les deux miniatures de 800 kg étaient dans un piteux état. «Démolies, coupées à la tronçonneuse.. détaille Claude Gachnang. Aucun respect, on ne sait pas pourquoi ils ont fait ça, si ce n’est pour le plaisir de briquer. J’appelle ça des prédateurs de la mécanique.» Les deux suspects avaient avoué les faits. A en croire le directeur du Swiss Vapeur Parc, les voleurs voulaient créer leur propre parc ferroviaire avec circuit.

Complètement restaurée, la «BVB» est aujourd’hui méconnaissable. Non content de bénéficier d’une nouvelle rame de wagons avec portes rabattables, d’une génératrice à essence avec deux moteurs électriques qui remplacent l’ancienne traction hydraulique, le train a troqué ses traditionnelles couleurs rouge et jaune contre le nouvel habillage vert de la compagnie des Transports publics du Chablais (TPC), propriétaire de l’engin, évalué à Fr. 150 000.-. Une rénovation qui aura coûté près de 90 000 francs aux assureurs. La «Mallet» (Fr. 200 000.-) quant à elle ne sera en revanche pas opérationnelle avant 2013.

(Le Matin)

Créé: 14.06.2012, 22h04

Sondage

Les jackpots des loteries vous font-ils rêver?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce