ACCUEIL 17.4.2014 Mis à jour à 13h35

Les lunettes pour enfants à nouveau prises en charge dès juillet

Assurance maladie

Comme promis, les lunettes pour enfants seront à nouveau prises en charge par l’assurance maladie. Le ministre de la santé Alain Berset a modifié l’ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins.

Mis à jour le 21.06.2012 23 Commentaires
La correction d’un défaut visuel chez l’enfant doit être considérée comme le traitement d’une maladie, estime désormais Berne.

La correction d’un défaut visuel chez l’enfant doit être considérée comme le traitement d’une maladie, estime désormais Berne.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

La suppression du remboursement des verres de lunettes et des lentilles de contact pour enfants, décidée en décembre 2010 par Didier Burkhalter alors qu’il était encore ministre de la santé, a suscité un tollé. L’automne dernier, lors de l’annonce des hausses des primes maladie, le libéral-radical refusait encore de revoir sa position. Selon lui, sa décision a fait baisser le prix des lunettes.

Mais, alors que le Parlement faisait pression, le nouveau chef du Département fédéral de l’intérieur Alain Berset a annoncé en février être prêt à faire marche arrière. Une nouvelle expertise a en effet changé la donne entretemps. Il en ressort que la plupart des défauts visuels qui ne sont pas liés à une maladie primaire doivent être traités chez un enfant pour éviter des complications (amblyopie) qui pourraient avoir des conséquences irréversibles.

La correction d’un défaut visuel chez l’enfant doit donc être considérée comme le traitement d’une maladie. Le remboursement vaudra à nouveau jusqu’à un montant de 180 francs par an et pour les mineurs jusqu’à 18 ans.

Autres modifications

L’ordonnance comporte d’autres modifications. L’irradiation thérapeutique par faisceau de protons pour traiter différents cancers du sein sera remboursée à certaines conditions. Vingt patientes pourront ainsi être traitées dans le cadre d’une étude à l’Institut Paul Scherrer.

Les traitements des champs perturbateurs ou la thérapie neurale selon Huneke ne seront en revanche plus remboursés étant donné que l’association suisse de thérapie neurale a retiré sa demande. Seuls les coûts pour la thérapie neurale locale et segmentaire considérée comme anesthésie par infiltration conventionnelle restent pris en charge.

Le programme de vaccination des femmes de 15 à 26 ans contre le papillomavirus humain sera quant à lui prolongé jusqu’en 2017. Certains tarifs concernant les moyens et appareils diagnostiques ou thérapeutiques ont été adaptés, notamment dans le domaine des thérapies par oxygène et les diagnostics de diabète. Enfin, la liste des analyses a été complétée notamment en ce qui concerne le diagnostic de la tuberculose et le suivi de l’alcoolisme. (ats/Newsnet)

Créé: 21.06.2012, 10h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

23 Commentaires

Stef Anie

21.06.2012, 11:07 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Les enfants ont le droit de voir claire, mais nous les adultes, si on a pas les moyens de ce payer notre paire de lunettes, et bah on se foutra en l'air les yeux, c'est pas grave ! Bravo les assurances maladies, belle mentalité ! Meuhhhhhh Répondre


pascal aubry

21.06.2012, 11:54 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Berset et le PS feraient mieux de lancer une initiative pour interdire aux instituts de prévoyance de puiser dans la part surobligatoire des assurés l'argent nécessaire pour payer les intérêts légaux de la part obligatoire! Les Instituts encaissent et gardent les intérêts de notre épargne, prélèvent les intérêts qu'ils doivent payer sur NOTRE épargne et nous facturent des frais de gestion énormes. Répondre



Sondage

Votre vie spirituelle vous porte à croire en...




Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce