ACCUEIL 22.12.2014 Mis à jour à 14h20

«Mein Kampf» en libre-service

Polémique

Le livre d’Adolf Hitler apparaît de plus en plus sur les rayons des librairies romandes. La LICRA demande de le retirer.

Par Anne-Florence Pasquier. Mis à jour le 10.04.2012
A portée de main, «Mein Kampf» d’Adolf Hitler est désormais accessible à tous les lecteurs.

A portée de main, «Mein Kampf» d’Adolf Hitler est désormais accessible à tous les lecteurs.

Hitler: jamais en promotion

Par Éric Felley, journaliste

Les libraires pourraient?avoir de bonnes raisons pour mettre «Mein Kampf» d’Adolf Hitler sur leurs rayons. C’est un livre qui a marqué l’histoire par ses outrances, sa mythomanie, sa vision nationaliste et foncièrement raciste de la civilisation occidentale. Tout le monde sait ce qu’il est advenu de son auteur en avril 1945 au fond d’un bunker.

Ses thèses n’ont pas pour autant disparu avec lui. D’une génération à l’autre, c’est un combat permanent pour garder en mémoire le mécanisme du mal qui a précipité l’Europe et le monde dans le désastre de la Seconde Guerre mondiale. Vendu et distribué à des millions d’Allemands, «Mein Kampf» fut au cœur de la propagande. L’intérêt historique à le rendre accessible reste donc indéniable.

Mais pas besoin d’en faire trop. Le mettre sur les rayons aujourd’hui. Et demain dans la vitrine, et après-demain en promotion? Si, comme le disent certains libraires, c’est un potentiel commercial qui est recherché, alors ils nous font beaucoup de peine. Il ne faut pas «banaliser le produit», comme on dit dans les officines de prévention des addictions.

Les oukases de «Mein Kampf» ont encore leur public. Un public jeune parfois, qui, sans repères, peut y trouver les fondements à des formes d’insécurité que personne ne souhaite. Ainsi les libraires devraient remballer cette marchandise par trop avariée, qui ne leur rapportera qu’un mauvais argent. Ce n’est pas et cela ne sera jamais un livre comme les autres.

?«C’est inadmissible. Comment un des ouvrages à l’origine de l’Holocauste, écrit par l’instigateur de la pire des horreurs, peut-il se retrouver sur les rayons des librairies?» Ce cri d’indignation provient de l’avocat Philippe Kenel, président genevois de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA). Il ajoute: «Même si la loi le permet, il s’agit d’une responsabilité morale. Je fais un appel à ces libraires pour le retirer. C’est une pratique irresponsable.»

Carte d’identité exigée

La pratique est pourtant de plus en plus répandue. Dans un coin du rayon Histoire de la librairie Payot à Lausanne, on trouve «Mon combat», traduction française et intégrale de «Mein Kampf» d’Adolf Hitler. «L’an passé, on en a écoulé plus de 30», fait remarquer le vendeur Frédéric Greffet. Il y a deux mois, il a proposé à son responsable de le mettre en rayon: «Nous en avons discuté. Le livre est de toute manière à disposition, en commande ou en stock. Les clients nous le demandaient régulièrement. Ça ne change pas grand-chose qu’il soit vu ou pas.»

Contrairement à l’Allemagne, où les écrits nazis sont interdits de publication et de diffusion, la Suisse n’a jamais interdit «Mein Kampf». On ne le trouvait toutefois pas en libre-service sur les rayons. Il restait caché en réserve ou ne s’obtenait que sur commande. Une carte d’identité est même exigée à la FNAC pour justifier l’achat… Mais aujourd’hui, le directeur de Payot, Pascal Vandenberghe, estime que le lecteur est adulte: «Si le débit de vente est important, j’incite à le faire. Le livre est là en tant qu’objet commercial. Le lecteur l’achète en connaissance de cause, il est libre de ses choix et de réfléchir par lui-même. C’est aussi à ça que servent les huit pages d’avertissement en début d’ouvrage.» D’autres parmi ses confrères romands partagent son avis. A Fribourg et à La Chaux-de-Fonds, ils restent discrets, mais à Sion, Françoise Berclaz, propriétaire de La Liseuse, assume: «Le devoir du libraire n’est pas de faire de la censure, ni de la propagande. Dans ma librairie, «Mein Kampf» est dans un coin d’un des rayons, il n’est pas visible à l’œil nu. Ce livre fait partie de l’histoire. Comment juger et se faire une opinion sur ce qui s’est passé si on n’y a pas accès?»

«Contenu à vomir»

Au-delà du problème du libre accès, c’est la maison d’édition qui fâche. Les Nouvelles Editions Latines (NEL), basées à Paris, sont les seules détentrices des droits de publication de la traduction française dans son intégralité originale. Les NEL sont surtout connues pour leurs accointances avec la droite nationaliste française. D’où la mise en garde d’un autre libraire, Damien Malfait, propriétaire de la Librairie du Boulevard, à Genève. Il tente de dissuader ses clients de commander la version française: «Je ne fais pas de censure, mais je les informe de l’utilisation de cet argent à des fins d’idéologie d’extrême droite.»

En face, il n’y a pas que Philippe Kenel qui s’insurge. Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD), se dit «choqué» par la démarche commerciale des librairies: «Ce n’est pas un ouvrage anodin. Je ne peux pas décemment imaginer qu’on le mette en accès libre. Le contenu est à vomir, ce n’est que de la curiosité macabre. Où se situe l’intérêt pédagogique de mettre ce ramassis d’immondices en librairie? Les libraires doivent prendre leurs responsabilités.» (Le Matin)

Créé: 11.04.2012, 08h12

Sondage

La Suisse doit-elle être candidate à des Jeux olympiques d'hiver?





  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce