Mercredi 31 août 2016 | Dernière mise à jour 15:49

Accident Le bolide de Müller avait «presque» 600 chevaux

Le président du PLR, Philipp Müller, a donné plusieurs versions après le choc qui a grièvement blessé une jeune fille de 17 ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président du PLR, Philipp Müller (PLR/AG), a rejoint hier le Conseil national pour la deuxième semaine de la session d’automne. En apparence, comme si de rien n’était. Ses collègues en ont fait de même. Pourtant l’accident de la circulation de jeudi dernier, où sa Mercedes AMG a heurté le scooter d’une jeune fille de 17 ans à Lenzburg (AG), est encore dans tous les esprits.

«Merveille de technologie»

Philipp Müller est un ancien pilote de course. Mardi dernier, il avait été interrogé à ce sujet par la RTS, qui lui demandait s’il avait toujours sa «Mercedes à 557 chevaux». Il avait répondu que c’était une «merveille de technologie», mais que jamais il ne dépassait les limitations de vitesse. Deux jours plus tard, c’est cette voiture qui a percuté la jeune fille. A quelle vitesse, on l’ignore.

Selon des témoins, le véhicule s’est déporté inexorablement sur la gauche et la jeune scootériste n’avait aucune chance de l’esquiver. Elle a été grièvement blessée aux deux jambes. Après l’accident, l’attitude de Philipp Müller a été peu à peu mise en cause par les médias alémaniques. Le vendredi matin, il a d’abord répondu à un journaliste de la SRF sans mentionner cet accident. C’est seulement en fin de journée que le président a exprimé dans un communiqué sa sympathie pour la jeune fille, ajoutant que la police n’avait pas trouvé d’alcool dans son sang ou qu’il n’était pas en train d’utiliser son portable.

Samedi, les choses se sont gâtées. Le père de la victime a déclaré au Blick que Philipp Müller s’était arrêté 300 mètres plus loin et n’avait pas porté les premiers secours à sa fille. Le président du PLR a alors réagi dans un nouveau communiqué: «Après l’accident, j’étais en état de choc, j’ai arrêté mon véhicule seulement au premier endroit de stationnement possible et je suis retourné immédiatement sur les lieux.»

Hier, dans l’Aargauer Zeitung, Philipp Müller a donné une autre version encore, disant avoir un «trou noir» au moment du choc lui-même. Il se souvient ensuite avoir senti que «son pneu avait éclaté». Il s’est arrêté après 200 mètres, il est sorti et a constaté les dégâts. Il se serait alors rendu compte qu’il avait causé l’accident… Que s’est-il réellement passé? Le ministère public du canton d’Argovie a ouvert une enquête, qui va durer plusieurs mois. Philipp Müller s’est fait retirer son permis et il a décidé d’arrêter sa campagne pour le Conseil des Etats. Mais pas pour le National.

Elus sur la réserve

Au Parlement, les élus montrent une certaine réserve à commenter cet accident et les explications de Philipp Müller. «C’est moche pour cette jeune fille qui a eu les deux jambes brisées, soupire Didier Berberat (PS/NE). Et humainement c’est difficile pour lui.» Sur le plan politique, personne ne voit de conséquences: «Ce n’est pas le retrait partiel de Philipp Müller qui va changer le résultat de ces élections», conclut Yannick Buttet (PDC/VS). (Le Matin)

(Créé: 15.09.2015, 07h35)

Sondage

Faire honte pour lutter contre l'alcoolisme, est-ce une bonne idée?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.