ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 01h10

Le National torpille l'imposition des bonus

Salaires abusifs

Le peuple ne se prononcera finalement pas sur l'imposition des bonus de plus de 3 millions de francs. Le Conseil national a torpillé vendredi en votation finale, par 104 voix contre 87, ce projet.

Mis à jour le 15.06.2012 61 Commentaires
La problématique des hauts salaires ne pourra être résolue par aucun des trois projets car c’est un problème international, a estimé Martin Bäumle, président des Vert'libéraux.

La problématique des hauts salaires ne pourra être résolue par aucun des trois projets car c’est un problème international, a estimé Martin Bäumle, président des Vert'libéraux.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Les Vert’libéraux, qui avaient pourtant soutenu ce contre-projet direct au printemps, ont fait pencher la balance. Susanne Leutenegger Oberholzer (PS/PL) a fustigé ce retournement de veste de leur président Martin Bäumle: «C’est une manière de céder aux pressions des organisations économiques et de tromper ses électeurs.

Les zig-zags des Vert'libéraux

Les Vert’libéraux sont les sous-marins de la droite bourgeoise de la prochaine génération», a accusé la socialiste. Susanne Leutenegger Oberholzer a rappelé que son parti soutient aussi bien l’imposition des bonus de plus de 3 millions de francs que l’initiative Minder.

Le contre-projet direct montre que le Parlement veut vraiment lutter contre les salaires abusifs, a plaidé en vain Daniel Vischer (Verts/ZH). «Mais la droite ne veut en réalité rien faire contre ces excès», a-t-il déclaré, accusant à son tour les Vert’libéraux d’être «inféodés à economiesuisse».

Viola Amherd (PDC/VS) a aussi fustigé les zig-zags du PVL. Le PDC s’est battu pour l’imposition des bonus et soutient le contre-projet direct, a-t-elle annoncé. Le contre-projet indirect renforcera juste les droits des actionnaires.

Pas une solution

La problématique des hauts salaires ne pourra être résolue par aucun des trois projets car c’est un problème international, a rétorqué Martin Bäumle (ZH), et il y aura toujours des moyens de contourner la réglementation. Le PVL a toujours été sceptique sur l’imposition des bonus car elle ne touche pas les managers. C’est juste un impôt de plus pour les entreprises, a dit le Zurichois.

Un avis partagé par le PLR, qui appuie le contre-projet indirect adopté par le Parlement, car il est supportable pour l’économie et il reprend 80% des revendications de l’initiative, a expliqué la cheffe du groupe Gabi Huber (UR).

Selon les libéraux-radicaux, l’initiative n’a donc plus lieu d’être et l’imposition des bonus n’est qu’une «recette absolument populiste» qui impose les entreprises sans résoudre le problème.

L’UDC était sur la même longueur d’onde. Selon Adrian Amtstutz (UDC/BE), l’initiative a poussé le Parlement à accepter un bon contre-projet indirect. Le rejet de l’imposition des bonus devrait pousser l’initiant à retirer son texte et permettre à la révision de loi adoptée d’entrer en vigueur.

Avant le National, le Conseil des Etats avait accepté l’imposition des bonus en votation finale, par 26 voix contre 14. Mais le rejet d’une des deux Chambres suffit à couler le projet.

Imposition des bonus

Ce texte prévoyait que les sociétés ne puissent plus considérer les parts de rémunération dépassant 3 millions par personne et par exercice comme charges justifiées par l’usage commercial. L’excédent aurait dès lors été imposé. Le peuple aurait dû choisir entre cette solution et l’initiative de Thomas Minder contre les salaires abusifs.

L’initiative mise essentiellement sur un renforcement du droit des actionnaires. Le Parlement a adopté, comme contre-projet indirect, une révision de loi reprenant, mais de manière plus souple, les principales revendications de l’entrepreneur schaffhousois.

Ainsi, alors que l’initiative exige l’interdiction absolue de parachutes dorés et d’indemnités anticipées, la révision de loi laisse la porte ouverte à des exceptions. Elle ne pourra s’appliquer que si l’initiative est retirée ou rejetée et si aucun référendum n’est ensuite lancé contre la loi.

Ce n’est pour l’heure pas dans cette direction que l’on va. Rien ne laisse pour le moment présager d’un retrait de l’initiative, a dit à l’ats Claudio Kuster, secrétaire du comité d’initiative. Ce comité emmené par le conseiller aux Etats indépendant décideront de l’avenir de leur texte la semaine prochaine, a-t-il précisé.

Le comité conteste en outre les affirmations selon lesquelles le contre-projet indirect satisfait l’essentiel des points de l’initiative. Dans sa révision du droit des actionnaires, le Parlement n’a repris que cinq des 24 points du texte de Thomas Minder, a précisé M.Kuster. D’autres sont certes aussi pris en compte, mais pas dans le sens des initiants, même si toutes les portes ne sont pas fermées. (ats/Newsnet)

Créé: 15.06.2012, 09h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

61 Commentaires

Mary Too

15.06.2012, 09:54 Heures
Signaler un abus 28 Recommandation 0

C'est pas une question de socialos c'est simplement que pour un salarié y'a pas un centime qui échappe au fisc contrairement à ceux qui nous représentent à Berne et qui sont les pions des lobbys................... Répondre


gros sous

15.06.2012, 09:29 Heures
Signaler un abus 21 Recommandation 0

O-li-gar-chie....Fallait pas rêver d'équité tout de même... Répondre



Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne