Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:52

Avalanches «La neige rend fous certains skieurs»

Le week-end se solde par un lourd bilan. Werner Munter, référence suisse dans le domaine, estime que ces accidents sont prévisibles et vont se répéter.

Werner Munter, 73 ans, est guide et philosophe de formation.
Il a consacré sa vie à l’étude des avalanches

Werner Munter, 73 ans, est guide et philosophe de formation. Il a consacré sa vie à l’étude des avalanches Image: Sebastien Anex

Rappel des faits

8 personnes sont décédées dans des avalanches en Suisse ce week-end: 3 skieurs hors pistes et 5 randonneurs à skis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La «mort blanche» a frappé huit fois ce week-end en Suisse. Les appels à la prudence lancés par les professionnels n’ont pas poussé tous les amateurs de poudreuse à y renoncer. Le comportement de ces récalcitrants, chanceux ou non, étonne le grand public. Pas Werner Munter! Le spécialiste suisse des avalanches, mondialement reconnu, a plutôt la dent dure contre eux. Interview.

Que vous inspire l’hécatombe de ce week-end?

Ces accidents à répétition me laissent indifférent. En tout cas, ils ne m’étonnent plus. Presque chaque hiver, en début de saison, il y a des grosses chutes sur un fond pourri. Le tout accompagné de vent et de froid. Or, dans ces conditions, on sait que le danger est grand. Dans les jours qui suivent, les morts s’enchaînent. Et malheureusement ce bilan va s’alourdir.

Qu’est-ce qui pousse ces skieurs à prendre trop de risques?

D’abord une méconnaissance crasse des avalanches. Beaucoup croient même que le danger 3 du bulletin est moyen car il est au milieu des 5 niveaux de l’échelle de mesure! Ce danger présent 33% du temps est en réalité critique. Il permet de sortir des pistes, mais uniquement en choisissant bien son itinéraire. Et pour faire cela, il faut des connaissances. Quant au risque 4, enregistré en Valais samedi et qui ne se rencontre que 3% du temps, il ne permet plus d’évaluer le danger correctement. Dans ces conditions, tu restes au chaud ou sur les pistes!

Le matériel joue-t-il un rôle dans ces prises de risque?

Oui. Les détecteurs de victime d’avalanches (DVA) ou les sacs airbag antichocs donnent l’impression que le risque zéro existe. Ensuite, les skis modernes larges et performants permettent à des skieurs médiocres de descendre des pentes, auparavant réservées aux techniciens hors pair.

Faut-il renforcer la formation?

Oui, mais en l’axant sur la prévention. Un gramme de prévention épargne plus de vies qu’un kilo de sauvetage. Malheureusement, cette idée est encore trop peu répandue. Surtout en Romandie!

Votre «méthode 3x3» faite de règles simples optimisant les prises de risque semble mal appliquée…

De manière générale, une proportion non négligeable de gens ne souhaite pas les connaître. Ces skieurs veulent continuer à se jeter sur n’importe quelle pente sans mauvaise conscience et ne renoncent jamais! La neige les rend fous. Plus il en tombe, moins ils réfléchissent. Trente minutes après l’ouverture de certains domaines skiables, il y a déjà des traces partout! Je déplore cette culture du tout tout de suite très répandue dans la «génération selfie». La montagne rappelle à ces personnes que leurs désirs ne sont pas au centre du monde. Si tu persistes à ignorer ses grandes règles ou que tu n’as pas l’intelligence de les appliquer, la nature te met hors jeu. Ces drames relèvent de la sélection naturelle. (Le Matin)

(Créé: 02.02.2015, 09h19)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.