ACCUEIL 31.7.2014 Mis à jour à 00h03

Le nouveau financement hospitalier doit être ajusté

Bilan

Près de cinq mois après l'introduction du nouveau financement hospitalier des changements doivent intervenir notamment en matière de tarifs, de transmission des données aux caisses et de libre choix de l'hôpital.

Mis à jour le 22.05.2012 2 Commentaires
Le nouveau financement hospitalier a révélé pas mal d'imperfections.

Le nouveau financement hospitalier a révélé pas mal d'imperfections.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Le premier bilan du système de forfaits par cas (SwissDRG) introduit le 1er janvier dernier est positif. «Les patients n'ont pas vu de différence» dans ce nouveau financement des séjours hospitaliers, a déclaré mardi Charles Favre, président de la faîtière des hôpitaux H , devant la presse à Berne. Il n'y a pas eu plus de renvois prématurés.

Mais le système a aussi révélé pas mal d'imperfections, relative- t-il. En particulier, les forfaits par cas tels qu'ils ont été fixés ne sont pas adaptés aux hôpitaux universitaires prestataires de soins aigus. Il est nécessaire de reconnaître une différence de prestations et de mieux indemniser les cas entraînant des coûts élevés.

Rénovation menacée

Par ailleurs, les coûts d'investissement qui doivent être inclus dans le prix de base ne sont pas suffisants. Actuellement, bon nombre d'hôpitaux ont été construits dans les années 1960-70 et nécessitent d'être rénovés. Pour le président vaudois, il faut revoir la part de 10% dans l'ordonnance sur le calcul des coûts.

Les négociations avec les caisses maladie ne se sont pas non plus déroulées comme espéré. Les hôpitaux ont conclu de nombreuses conventions avec des caisses comme Helsana, Sanitas ou la CPT, mais elles ont abouti dans peu de cas avec tarifsuisse.

Des tarifs provisoires fixés par les cantons sont en vigueur, ce qui crée une situation très inconfortable pour les hôpitaux, a relevé Bernhard Wegmüller, directeur de H .

Réadaptation retardée

Sans compter que certaines caisses ont vu le parti qu'elles pouvaient tirer du nouveau système. Avec le forfait par cas qui rémunère une maladie et non plus une durée de séjour, les caisses tentent d'exploiter au maximum un tarif fixe alors même que le patient serait apte à sortir de l'hôpital et entamer une réadaptation, un domaine qui n'est pas soumis au SwissDRG.

«On assiste à des traitements en réadaptation retardés», regrette Matthias Mühlheim, directeur administratif de Reha Rheinfelden. Et Charles Favre de renchérir: «Avec le système où on n'a pas le même payeur pour les soins en stationnaire et en ambulatoire, on crée de fausses incitations». C'est pourquoi H milite pour un financement moniste, soit un seul payeur.

Pas légal

Les caisses n'ont pas non plus respecté la volonté du Parlement sur la question de la transmission des données. Elles refusent parfois de rembourser les factures au prétexte qu'elles ne disposent pas de toutes les données médicales du patient. Pour le président de H , une telle pratique est illégale tant qu'il n'y a pas d'accord entre les partenaires tarifaires. Une réunion sur ce point est prévue fin mai.

H est également en bisbille avec les cantons qui mettent parfois des obstacles au libre choix de l'hôpital. C'est notamment le cas pour les patients extracantonaux. Faisant de la sous-enchère, certains cantons tentent de rembourser à un tarif inférieur à celui dont ils auraient dû s'acquitter si le malade avait été hospitalisé dans son canton de domicile.

«On peut carrément parler de protectionnisme cantonal», s'est insurgé Charles Favre. Cette situation débouche sur une bureaucratie insupportable consistant en demandes de garantie cantonales pour la prise en charge des coûts. Pour remédier à cette situation, H s'est tourné vers le conseiller fédéral en charge de la santé Alain Berset.

Utile à terme

Beaucoup de problèmes constatés lors de cette première phase ne tiennent pas au SwissDRG proprement dit, mais existent de longue date, a relevé Charles Favre. Reste que ce nouveau financement est un bon outil pour permettre une comparaison raisonnable entre les hôpitaux.

Une fois que cet instrument sera vraiment au point, les décideurs politiques disposeront de données objectives pour décider de la planification hospitalière.

(ats/Newsnet)

Créé: 22.05.2012, 14h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Pierre Duniton

22.05.2012, 15:25 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

En résumé, la gabegie continue. Est-ce trop demander aux décideurs de traiter ces problèmes avant de mettre en place ces systèmes au lieu de dire une fois qu'ils sont en place que cela ne va pas et provoquer ainsi une énième inévitable hausse de primes ? Répondre


Jacques Ceccar

23.05.2012, 13:37 Heures
Signaler un abus

Et avec tout cela vous voulez que l'on ait confiance aux caisses qui s'arrogent des droits. Pour économiser, elles sont peut-être capables du pire car le système de contrôle et amateur. Ce cela ça fait peur. C'est décidé, je vote pour la caisse unique. Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce