ACCUEIL 21.8.2014 Mis à jour à 13h35

Un papier secret relance la polémique des déchets

Nucleaire

L’Office fédéral de l’énergie et la Nagra avaient promis au peuple un processus démocratique pour choisir les lieux de stockage des déchets nucléaires. Mais un document confidentiel, obtenu par «Le Matin Dimanche», détaille un tout autre scénario.

Par Catherine Boss, Oliver Zihlmann. Mis à jour le 06.10.2012 17 Commentaires

Image: DR

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La note interne porte la mention AN11-711 et date du 18 novembre 2011. Son titre: «Choix d’une coordination du plan d’exploration». La page 13 est marquée du sceau «Confidentiel». Dans ce document, la Nagra (Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs) esquisse une stratégie de recherche pour les années à venir. Le but? Trouver un lieu de stockage pour les déchets radioactifs des centrales nucléaires suisses. Ces vingt pages, qui regorgent de détails, soulèvent beaucoup de questions.

Actuellement, six emplacements sont sélectionnés. Ils ont tous été qualifiés comme lieu de stockage, il y a un an, par la Nagra et le Conseil fédéral. Des analyses de grande envergure devront maintenant être menées dans ces six régions, pour que le Conseil fédéral puisse, à partir de 2014, supprimer deux sites de cette liste.

Mais le papier confidentiel de la Nagra montre tout autre chose. Sous le titre «Suppositions cadres», il anticipe déjà les décisions futures du Conseil fédéral. A la page 10, il est écrit: Exploration de quatre sites régionaux, «BR Entscheid». BR étant l’abréviation, en allemand, de «décision du Conseil fédéral».

Les quatre emplacements sont nommés. Il s’agit du nord-est de Zurich, ainsi que Benken, dans le Weinland, le Südranden à Schaffhouse, le Jura-Est avec la zone du Bözberg et enfin, la région Lägern-Nord (voir l’infographie ci-dessus). Par contre, la région de Wellenberg et celle des pieds du Jura ne figurent à aucun moment dans le document.

Grosse facture

Et cela, malgré le fait que des comités locaux ont, depuis quelques mois, organisé séances et réunions afin de discuter d’une place possible pour des installations de surface. Un processus qui coûtera, jusqu’en 2016, plus d’un million de francs, par an et par région concernée. Les frais de la Nagra et ceux des autorités fédérales ne sont pas inclus dans ce budget.

Et l’addition, ce sont les Suisses qui la paient, dans leur facture d’électricité, car la Nagra est financée par les groupes énergétiques.

A la page 13, celle qui comprend la mention «confidentiel», il y a – en tout cas cela y ressemble – un scénario détaillé pour construire deux lieux de stockage; un pour les déchets hautement radioactifs et un autre pour ceux faiblement et moyennement radioactifs. Le document de la Nagra montre que selon le «programme de forage», les études menées au Nord Lägern et au Südranden devraient être arrêtées après quelques forages.

Cela est symbolisé sur le plan par un petit panneau «Stop». En ce qui concerne l’emplacement Zurich nord-est, après plusieurs forages, une demande d’autorisation générale de stockage de déchets hautement radioactifs devrait être déposée. Au Jura-Est, la feuille montre aussi une demande d’autorisation de stockage pour des déchets faiblement et moyennement radioactifs.

Ces résultats ne seraient pas si surprenants. La commune de Benken, dans le Weinland zurichois, est jusqu’à maintenant l’emplacement le mieux étudié et le favori des géologues. Et dans la région du Jura-Est, il n’y a pas d’oppositions au stockage à découvert. Politiquement, il serait donc un site idéal. En outre, il se trouve non loin du lieu de stockage provisoire de Würenlingen. C’est là que sont actuellement entreposés les déchets. Le trajet d’expédition serait court. Ce qui permettrait de réduire les coûts et d’avoir de bonnes conditions de sécurité.

Hypothèses

La Nagra explique que le document n’est pas un plan détaillé, mais seulement un scénario modélisé, aux résultats hypothétiques. Il est question de temps et d’évaluation des coûts. «Cela permet uniquement de calculer les coûts réels en se basant sur des scénarios et des endroits concrets», écrit la Nagra. Même si les scénarios esquissés sont théoriquement envisageables, «de tous autres scénarios sont naturellement possibles». La Nagra avait prévu de montrer ce document aux autorités fédérales et de le rendre public comme modèle, sans nommer concrètement les sites concernés – «pour éviter les erreurs d’interprétations», écrit-elle. «Le Matin Dimanche» publie ce document sur le site www.lematin.ch.

«Le Matin Dimanche» a, en outre, interrogé cinq géologues indépendants vis-à-vis de la Nagra, mais aussi des ONG qui la critiquent. Nous voulions savoir si, comme le dit la Nagra, le document présente un scénario hypothétique qui servirait seulement à évaluer les coûts du projet, ou s’il s’agit d’un scénario vraisemblable. Si c’était le cas, cela remettrait en cause l’impartialité de la Nagra. L’évaluation des coûts n’est pas le but premier de ce document, estime le scientifique allemand Gerhard Schmidt, de l’Institut Oeko, à Darmstad.

«Pour autant que je puisse le comprendre, ce papier traite de l’identification d’emplacements qualifiés et de l’exclusion d’autres sites», affirme-t-il. Iwan Stössel, géologue chargé du dossier des installations de surface dans le canton de Schaffhouse, dit: «Le scénario dans ce document semble représenter exactement ce que nous expérimentons avec la Nagra dans la réalité; le processus n’est pas aussi ouvert aux alternatives qu’il devrait l’être, selon notre point de vue.»

Fronde à venir

Trois autres experts des explorations géologiques ont souhaité livrer leur analyse sous le sceau de l’anonymat. Pour eux, le thème est sensible.

Ils expliquent:

– Dans un modèle, on ne nomme pas les emplacements avec leurs noms, mais plutôt avec des caractères génériques comme A, B, C.

– Comme le plan de forage serait précisément classifié «confidentiel», l’idée s’impose qu’il s’agit là d’un plan détaillé et que le panneau «Stop» serait posé pour ne pas dépasser le budget.

La Nagra pense le contraire de ces scientifiques: elle juge les «suppositions cadres» pour l’exploration, relevées dans le document, comme des conditions possibles, plausibles et probables pour la poursuite du plan. «Il convient de faire une planification sur le long terme, avec de nombreuses incertitudes factuelles.»

Ce document risque de donner lieu à une fronde. L’Office fédéral de l’énergie en a eu connaissance ces derniers jours et a réclamé des explications à la Nagra. (Le Matin)

Créé: 07.10.2012, 09h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

17 Commentaires

Aurélien Dubosson

07.10.2012, 09:56 Heures
Signaler un abus 39 Recommandation 14

Pas de soucis, les pro-nucléaire se feront une joie d'accueillir les déchets au fond de leur jardin. Répondre


Annelise borloz

07.10.2012, 11:10 Heures
Signaler un abus 12 Recommandation 4

Il y a sauf erreur une vingtaine d'années que certains sites avaient été choisi. Ollon (par exemple, on été ensuite abandonnés, dangers sismiques et vote populaire). C'est mieux de TOUT recommencer, l'idiot de citoyen paiera encore une FOIS !!! comme toujours. Répondre



Sondage

Faut-il admettre les squats en ville dans des lieux inoccupés?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce