Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 11:47

Meurtre d'Epalinges La peine de prison est trop lourde, selon la justice

Le Tribunal fédéral a accepté le recours de l'un des auteurs du meurtre d'un retraité à Epalinges en 2008. Il pourra repasser devant la justice et voir sa peine de prison à perpétuité allégée.

L'un des meurtriers du retraité en novembre 2010, lors de la reconstitution des faits à Epalinges.

L'un des meurtriers du retraité en novembre 2010, lors de la reconstitution des faits à Epalinges. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice vaudoise a eu la main trop lourde en infligeant une peine de prison à vie à l’un des deux assassins coupables d’avoir battu à mort un retraité à Epalinges en décembre 2008. Le Tribunal fédéral (TF) a accepté pour la deuxième fois un recours du meurtrier.

Le second assassin, un Suisse de 26 ans ex-candidat à l’élection de Mister Suisse romande, avait été condamné à purger 16 ans de réclusion. Les deux hommes s’étaient rendus au domicile d’un couple de retraités et avaient exigé les clés du coffre.

Alerté par son épouse, le mari était sorti de la maison et avait été violemment agressé d’un coup de poing, puis roué de coups par les deux jeunes hommes, en présence de sa femme. L’Albanais s’était ensuite acharné sur sa victime.

Tout au long de son procès, cet homme s’était «enferré dans un déni massif, se disant victime d’un complot, niant l’évidence en optant pour une système empreint de lâcheté et de mépris pour ses victimes», selon l’argumentation de la Cour cantonale vaudoise.

Appelé à statuer pour la deuxième fois sur un recours de l’Albanais, le TF juge que la Tribunal cantonal vaudois a eu la main trop lourde à l’égard du recourant. Mon Repos juge trop importante la différence entre la peine de prison à vie qui lui a été infligée et celle de 16 ans subie par son coaccusé.

Une différence deux à trois ans, voire quatre ans peut se justifier, notamment en raison des aveux spontanés de l’ex-candidat à Mister Suisse romande, de ses excuses et de ses regrets, expliquent les juges fédéraux. En revanche, sous l’angle de la comparaison des sanctions, la justice vaudoise n’aurait pas dû prononcer une peine privative de liberté à vie.

Le dossier est renvoyé au Tribunal cantonal vaudois, qui devra pour la troisième fois fixer la peine infligée à l’Albanais. L’Etat de Vaud est condamné à lui verser 3000 francs à titre de dépens. (ats/nxp)

(Créé: 10.07.2012, 13h47)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.