ACCUEIL 24.7.2014 Mis à jour à 14h49

Une place pour les Gitans? Dans dix ans...

Gens du voyage

Vaud expulse, le Valais voit rouge, Fribourg prend tout son temps.

Par Jean-Claude Péclet. Mis à jour le 15.09.2012 41 Commentaires
Vendredi, la police vaudoise a évacué les dernières caravanes qui avaient occupé sans autorisation un terrain appartenant à l’Etat. Fribourg en a hérité.

Vendredi, la police vaudoise a évacué les dernières caravanes qui avaient occupé sans autorisation un terrain appartenant à l’Etat. Fribourg en a hérité.
Image: Laurent Gillieron/Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro annonçait la couleur fin août: «Ma patience a atteint ses limites avec les Gitans». Depuis, la police vaudoise expulse à tour de bras. Quarante caravanes prenaient leurs aises près du hangar de Solar Impulse à Payerne? Dégagez!

Des marioles ayant suggéré que la visite, ce jour-là, des conseillers fédéraux Eveline Widmer-Schlumpf et Didier Burkhalter expliquait cette fermeté nouvelle, le démenti a fusé. Un cortège des gens du voyage se pose sans prévenir à Saint-Prex (VD), puis à Penthaz en début de semaine? Débarrassez le plancher!… et sous escorte motorisée d’une trentaine d’agents, s’il vous plaît. Une troisième cohorte s’installe jeudi sous la piscine de Renens? Ouste, loin du bal!

Ça ne rigole plus en terre vaudoise. Quand les deux places d’accueil de Payerne et Rennaz sont pleines – ce qui arrive souvent vu que les nuitées gitanes ont doublé en un an – c’est la tolérance zéro face aux occupations sauvages de terrains.

Postulat valaisan

Les politiciens valaisans pâlissent d’envie face à tant d’efficacité, alors que leurs autorités, cantonale et communales, se sont emmêlé les pinceaux lors du mariage gitan qui a défrayé la chronique à Collombey-Muraz le 23 juillet. Vendredi au Grand Conseil, le député suppléant UDC Guillaume Vanay s’est lâché face à la conseillère d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe de la sécurité: «Esther n’aboie pas, la caravane reste», a-t-il lancé en lui offrant symboliquement une caravane d’or pour sa «rare inefficacité». Son intervention a été jugée moyennement drôle, l’UDC a présenté des excuses.

Le Grand Conseil valaisan n’en a pas moins accepté à une forte majorité un postulat de Pascal Bridy (PDC du Centre) demandant au Conseil d’Etat «d’établir sans délai un règlement permettant l’expulsion immédiate des contrevenants pour qu’une situation comme celle vécue à Collombey-Muraz ne se reproduise pas». Conseiller national et municipal de la commune concernée, Yannick Buttet (PDC) a porté mardi le débat au niveau fédéral.

La justice et la police «doivent pouvoir saisir les véhicules et les caravanes des gitans dès le début de la procédure et ce en guise de garantie», demande sa motion signée par sept autres députés, dont Christophe Darbellay, Oskar Freysinger et Jean-François Rime.

Pendant que les politiciens discutent, la police vaudoise expulse. Jeudi, elle a escorté les dernières caravanes de Renens à la frontière fribourgeoise où les autorités ont été… euh… un peu empruntées. Arrêt nocturne à Semsales, négociations. Aller à Bulle, place Majeux? Pas de chance, le Cirque Knie y arrive. Le cirque gitan, lui, s’est retrouvé en partie à Semsales, jusqu’à lundi, et en partie dans une «zone d’attente» entre Riaz et Echarlens, avant de se diriger vers le canton de Berne.

Main de fer nécessaire

Les choses seraient plus simples si Fribourg avait une place officielle d’accueil. Un premier rapport a été publié en 2005. Quatre ans plus tard, le choix se portait sur le lieu-dit Joux-des-Ponts, commune de Sâles. Il a été agréé par la Confédération dans un «concept places d’accueil» en 2011.

Vendredi, répondant à une question des députés Pierre-André Grandgirard (PDC-PBD) et Michel Losey (UDC), le Conseil d’Etat fribourgeois révélait l’échéance fixée par l’Office fédéral des routes: 2015, «à cause de probables oppositions». Dix ans, donc, pour mettre à disposition un terrain où il n’y a rien…

«Incroyable qu’on n’arrive plus à concrétiser des décisions politiques, se fâche Michel Losey. On incite même les gens à faire opposition par ce genre de commentaires. Il manque vraiment une main de fer!» Jacqueline de Quattro, peut-être? (Le Matin)

Créé: 15.09.2012, 22h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

41 Commentaires

Mané Gonzalez

16.09.2012, 11:48 Heures
Signaler un abus 149 Recommandation 0

En même temps, si on accueille un ami qui nous démonte notre appartement et ne montre aucun signe de respect pour ses hôtes, il est quand-même peu probable qu'on ait envie de l'inviter à nouveau. Assez d'hypocrisie. Si les gens du voyage étaient plus respectueux que ça, je ne vois pas pourquoi on les chasserait. Répondre


Lily Houard

16.09.2012, 11:58 Heures
Signaler un abus 62 Recommandation 1

2. Chaque groupe doit obligatoirement être muni de bennes à ordures et procéder au tri des ordures comme tous les citoyens vraiment citoyen. Ils peuvent vider les bennes dans les déchèteries prévues à cet effet dans les villages où ils ont séjournés. Des taxes aux mêmes tarifs que pour les habitants doivent être perçues. Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce