ACCUEIL 27.6.2016 Mis à jour à 14h56

Nicolas Blancho comprend que les gens se radicalisent

Etat Islamique

Le président du Conseil central islamique suisse s'en prend à l'EI. Il comprend cependant la radicalisation quand il n'y a plus d'autres choix.

Mis à jour le 28.09.2014 36 Commentaires
«J'ai un problème fondamental sur la méthode et la pratique avec l'EI», a déclaré le président du Conseil central islamique suisse.

«J'ai un problème fondamental sur la méthode et la pratique avec l'EI», a déclaré le président du Conseil central islamique suisse.
Image: Keystone

Galerie photo

La progression du groupe Etat islamique

La progression du groupe Etat islamique
La fulgurante progression des djihadistes sunnites du groupe Etat islamique (EI) met en péril la sécurité de toute la région.

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le président du Conseil central islamique suisse (CCIS) dénonce les actions de l'Etat islamique (EI). Le groupe sunnite ultraradical porte préjudice aux musulmans plutôt qu'il ne leur est bénéfique, déclare Nicolas Blancho dimanche dans le «SonntagsBlick».

Un appel au meurtre

M. Blancho a officiellement rejeté la semaine dernière dans une vidéo les violences perpétrées par l'EI. Les djihadistes «ne font plus seulement référence à l'Irak et à la Syrie, mais aussi à d'autres pays, et donc à la Suisse», explique-t-il dans l'interview.

Le président du CCIS n'a encore jamais «entendu un discours aussi extrême et agressif», qui est clairement un appel au meurtre. Le CCIS s'est toujours clairement distancié de la violence, qu'il condamne, selon M. Blancho. «J'ai un problème fondamental sur la méthode et la pratique avec l'EI», poursuit-il.

M. Blancho comprend en revanche que les gens se radicalisent: «Quand les musulmans n'ont plus d'autres choix, il est alors possible qu'ils se tournent vers de telles idées», explique-t-il, évoquant l'oppression des musulmans par des tyrans en Syrie, en Libye et en Egypte. Pour lui, «le combat contre (le président syrien Bachar al-)Assad est légitime, aussi par rapport au droit international». (ats/nxp)

Créé: 28.09.2014, 07h49

36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

36 Commentaires

emanuel roman

28.09.2014, 08:59 Heures

Arrêtez de faire de la pub pour ce type !! Répondre


Jean-Luc Ecuyer

28.09.2014, 09:10 Heures

M. Blancho comprend que les gens se radicalisent : «Quand les musulmans n'ont plus d'autres choix, il est alors possible qu'ils se tournent vers de telles idées», explique-t-il, évoquant l'oppression des musulmans par des tyrans en Syrie, en Libye et en Egypte…Une logique qui nous échappe puisque ces musulmans sont victimes d’autres…musulmans ! Et si les oppressés remportent la guerre, ils deviendront des…tyrans obligeant d’autres musulmans à se radicaliser! On est pas sorti de l’auberge ! Répondre



Sondage

Après l'affaire du petit Paul, faut-il introduire un contrôle des jeux vidéo en ligne?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons