Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 18:31

Immigration La presse critique envers le Conseil fédéral

Le plan B du gouvernement présenté vendredi pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse suscite des réactions négatives dans les médias suisses.

Le Conseil fédéral a présenté vendredi les mesures qu'il comptait prendre pour mettre en oeuvre l'initiative acceptée le 9 février 2014.

Le Conseil fédéral a présenté vendredi les mesures qu'il comptait prendre pour mettre en oeuvre l'initiative acceptée le 9 février 2014. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'initiative contre l'immigration de masse devrait être appliquée grâce à une clause de sauvegarde consensuelle avec l'UE. Faute d'accord avec Bruxelles, le Conseil fédéral a un plan B: activer une clause unilatérale. La presse a réagi samedi.

Pour le quotidien Le Temps, «le Conseil fédéral bredouille. Son plan unilatéral de mise en oeuvre (...) n«est qu«un écran de fumée, qui doit permettre de patienter jusqu«au 23 juin. Aujourd«hui, il n«y a qu«une seule certitude: un nouveau vote aura lieu à un moment ou à un autre sur cet encombrant dossier.»

Pour les quotidiens 24 Heures et Tribune de Genève, le plan européen du Conseil fédéral ne convainc personne. Le plan B, proposé par le gouvernement est «inintelligible».

Tout n'est pas perdu, souligne l'éditorialiste qui préconise de «dire au peuple qu'il s«est trompé (...) Mais il faudrait pour cela un peu de courage. Le gouvernement n'en a pas et s«enferre dans un plan B dont il sera de plus en plus difficile de s'extraire. Faut-il vraiment attendre le clash avec l'Europe pour dire la vérité aux Suisses?»

«Position de faiblesse»

En changeant de discours, le Conseil fédéral risque de relativiser le vote du 9 février 2014. «Non seulement le gouvernement se contredit, mais il a aussi dû revoir ses prétentions à la baisse vis-à-vis de Bruxelles», écrit l'éditorialiste de La Liberté.

Il poursuit: «En position de faiblesse, le Conseil fédéral se félicite que le dialogue se poursuive. Mais fait-il mine de ne pas entendre? L'Union européenne ne veut pas de quotas d'étrangers, et la clause de sauvegarde unilatérale que le gouvernement s«obstine à présenter en guise de plan B -sans trop y croire- est mort-née.»

«Cornichon dans un sandwich»

Pour Le Matin, Berne joue les funambules. Le journal a interrogé René Schwok, professeur au Global Studies Institute de l'Université de Genève. Selon ce dernier, le Conseil fédéral est difficilement critiquable, au vu de sa très faible marge de manuvre.

«Il est coincé comme le cornichon dans le sandwich, entre la politique intérieure et extérieure, explique-t-il. En revanche, il s'étonne que le gouvernement ne se soit pas assuré du soutien des partis-clés sur sa clause unilatérale.

Depuis le «oui» du peuple le 9 février 2014, L'Express constate que ces deux ans «n'ont pas permis de se rapprocher d'une solution eurocompatible». Trouver un «arrangement admissible par toutes les parties» d'ici à l'automne relèverait ainsi du miracle, écrit l'éditorialiste.

Le journal neuchâtelois prédit que la majorité bourgeoise du Parlement ne se lancera pas «dans une épreuve de force avec l'UDC», mais qu'elle se reposera sur «l'idée que l'UE préférera une petite entorse à la libre circulation plutôt qu'une dénonciation des accords bilatéraux». Un «pari dangereux», selon le quotidien, qui «devrait être réservé aux tables de poker».

«Rien qu'un plan B»

«Le Conseil fédéral tient bien les délais, mais il n'apporte à débattre au Parlement rien qu'un plan B, dont personne ne veut vraiment», commente le quotidien Blick.

«Par conséquent, le Parlement devrait donc faire une fois ce qui ne se fait pas. Il pourrait retarder un peu la proposition et attendre de savoir si une solution avec l'UE se met en place.

«Le Conseil fédéral a misé sur le mauvais cheval pour diminuer l'immigration», commente la Basler Zeitung. «Ce modèle ne va pas fonctionner». Pour le journal bâlois, la solution consiste à introduire des taxes d'immigration pour les travailleurs et les personnes sans activité en fonction du temps qu'ils passent en Suisse. «Des taxes sont plus eurocompatibles que les contingents».

«Le peuple devra choisir»

«Maintenant, les parlementaires peuvent continuer leurs tergiversations sur la quadrature du cercle» (que représente le dilemme européen de la Suisse: Ndlr.), écrit la Neue Zürcher Zeitung. «Bien sûr, les inventeurs (de la clause de sauvegarde unilatérale) savent qu'elle ne fonctionne pas (...) Dans tous les cas, le monde ne va pas s'arrêter après le délai de mise en oeuvre de l'initiative, soit le 9 février 2017».

«Le Conseil fédéral n'a pas de plan», redoute le commentateur de la Berner Zeitung. «Non pas parce qu'il en est complètement incapable mais parce qu'il ne peut pas en donner un. (...) Et il ne veut pas non plus l'avouer au peuple (...) Il n'en demeure pas moins: Bilatérale ou Initiative contre l'immigration de masse, le peuple devra choisir.

«Habileté tactique»

Le Conseil fédéral propose une clause de sauvegarde unilatérale dont les contours sont flous, écrivent en substance le Tages-Anzeiger et le Bund. «Gagner du temps, ne pas trop donner le flanc à la critique(...) On peut comprendre les considérations du Conseil fédéral. Mais la marge de manoeuvre pour la Suisse se resserre constamment. L'habileté tactique du Parlement sera mise à contribution comme jamais ces prochains mois.

La Nordwestschweiz prophétise: «L'initiative acceptée par le peuple en 2014 va rester lettre morte. Pour le journal, la proposition de clause de sauvegarde unilatérale n'est pas la bonne solution. A son avis, «la solution politique et surtout juridique serait de laisser le peuple se prononcer le plus tôt possible. Libre circulation top ou flop? Le journal prône «un orage salutaire qui mettrait fin au fiasco actuel». (ats/nxp)

(Créé: 05.03.2016, 06h42)

Sondage

Consommez vous des abats?





Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.