ACCUEIL 21.9.2014 Mis à jour à 16h02

Trop de produits importés ne respectent pas les normes

Consommation

Les résultats sont consternants. Sur 2600 produits analysés l’an passé par les services des chimistes cantonaux de Suisse romande, 376 (14%) ne respectent pas les normes.

Par Victor Fingal. Mis à jour le 01.06.2012 25 Commentaires
Patrick Edder, chimiste cantonal genevois, a relevé notamment trop d’épices contaminées.

Patrick Edder, chimiste cantonal genevois, a relevé notamment trop d’épices contaminées.
Image: Christian Bonzon

Faites-vous confiance aux produits que vous achetez?

TROP DE PESTICIDES DANS LE CURRY Si la quantité de pesticides a fortement diminué dans les fraises, elle est en recrudescence dans les épices.

CONFUSION SUR L’ORIGINE DE LA SOLE Trop souvent de la sole tropicale est vendue pour de la sole originaire des côtes européennes.

ALLERGÈNES DANS LES BOUTONS Les chimistes cantonaux ont
découvert des boutons qui contenaient trop de nickel.

TROP DE NICKEL DANS CERTAINS BIJOUX Des joyaux dangereux pour la peau à cause de leur trop grande concentration en nickel

Partager & Commenter

On trouve de tout: de la sole tropicale vendue pour de la sole européenne, des bijoux et boutons allergènes ou des ingrédients potentiellement dangereux. «En 2011, nous avons relevé de nombreux cas d’épices qui contenaient beaucoup trop de pesticides», remarque Patrick Edder, le chimiste cantonal de Genève, sans donner le nom des magasins épinglés.

Coop qui avait dû rendre des comptes en 2009 pour un mélange de curry trop chargé en pesticides estime toutefois que la page est tournée. «Nos épices sont régulièrement testées dans nos laboratoires. Si un produit devait en contenir trop, nous ne le mettons pas sur le marché», affirme Sabine Vulic, porte-parole du grand distributeur bâlois.

Compléments à l’index

Ce n’est pas tout. Les compléments alimentaires de toute sorte sont aussi mis à l’index. Plus de 80% des 235 produits testés dans cette catégorie sont non conformes. Par exemple des plantes contaminées par du plomb ou des substances exclusivement réservées à la médecine. Tels que des produits censés faire maigrir, des aphrodisiaques inefficaces ou de savants mélanges pour contrer la ménopause. Certains de ces produits sont vendus en pharmacie. D’autres compléments alimentaires trônent sur les rayons des grandes surfaces. «Avec notre alimentation actuelle, nous n’avons absolument pas besoin de complément alimentaire. Sauf s’il est prescrit par un médecin», remarque Mathieu Fleury, secrétaire général de la Fédération romande des consommateurs. Un avis que ne partage pas Hans Peter Naef, porte-parole de Migros. «Nous n’avons pas de place dans nos rayons pour des produits qui ne sont pas demandés par les consommateurs.»

Bizarrement, aucune crème de beauté ne figure dans le rapport des six chimistes cantonaux. «C’est normal, ajoute Patrick Edder, la notion de tromperie ne concerne pas les produits cosmétiques. Une nouvelle loi est en gestation, elle est actuellement discutée au Parlement et pourrait entrer en vigueur à l’horizon de 2014-2015.»

S’il se félicite de l’existence de ces analyses, Mathieu Fleury regrette leur manque de transparence. «Ces rapports ne donnent pas le nom des magasins ou la marque des produits incriminés. Nous devons procéder ensuite à nos propres analyses pour identifier les distributeurs déficitaires.» ? (Le Matin)

Créé: 01.06.2012, 22h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

25 Commentaires

Urbin Sato

02.06.2012, 08:52 Heures
Signaler un abus 13 Recommandation 0

Si l'OFSP faisait son boulot, qui est de protéger la santé des habitants en Suisse, beaucoup de produits seraient retirés des rayons. Mais ces petits problèmes sont règlés avec, soit une enveloppe, soit un gueuleton. Alors les importateurs font ce qu'ils veulent. L'OFSP devrait influer sur les coûts de la santé mais ne le fait pas, sinon les produits à l'huile de palme disparaitraient,1exemple. Répondre


Ave César

02.06.2012, 12:04 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

On a voulu le Cassis de Dijon comme on a voulu Schengen on les a eus. Maintenant plaignions-nous. Quand comprendrons-nous que les politiciens de tous bords ne sont que des imposteurs ? Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne