Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 05:43

Chasse aux abus La protection civile épinglée par le Conseil fédéral

Le Conseil fédéral a décidé de serrer la vis de la protection civile après des arnaques qui ont entraîné six millions de francs de pertes.

Plusieurs activités ont été faussement liées à la protection civile.

Plusieurs activités ont été faussement liées à la protection civile. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après l’armée, la protection civile (PC): le Conseil fédéral propose de serrer davantage la vis pour éviter de nouveaux abus en matière d’allocations pour perte de gain (APG). Il a mis mercredi en consultation jusqu’au 19 octobre une révision de loi.

Le gouvernement a décidé d’intervenir après les arnaques qui ont entraîné six millions de francs de pertes. De 2003 à 2009, des communes et des organisations PC de 25 cantons ont utilisé le régime des APG afin d’économiser sur leurs charges salariales.

Des tâches normales de l’administration étaient déclarés comme services de protection civile. Il s’agissait par exemple de la remise en état de sentiers pédestres et de places de jeux, de travaux de nettoyage, de la tonte du gazon, de la taille des haies et le broyage des déchets verts ou encore la pose d’illuminations de Noël.

Contrôle plus sévère

Pour éviter ces abus, des contrôles de plausibilité sont effectués depuis 2010 par les caisses de compensation et l’Office fédéral de la protection de la population. La révision de la loi permettra d’instaurer une autre mesure: le système d’information sur le personnel de l’armée sera élargi aux données de la PC.

Il sera donc désormais possible de rassembler au niveau fédéral l’ensemble des données concernant les interventions de la PC gérées par les cantons et de les contrôler selon des critères unifiés. Les conditions posées aux interventions seront aussi redéfinies. D’autres modifications concernent le recrutement, la durée se l’instruction et la procédure de recours.

Le Conseil fédéral a déjà décidé de serrer la vis face à l’armée, aussi frappée par une affaire d’abus des APG. Celle-ci a déjà coûté quatre millions de francs au Département fédéral de la défense et le départ d’un collaborateur.

Le décompte final n’est toutefois pas encore arrêté. D’autres cas sont en effet encore passés sous la loupe: camps d’entraînement et compétitions de sportifs d’élite en Suisse ou à l’étranger, activités hors du service de la troupe lors de cours ou de compétition, services dans le cadre de la Patrouille des Glaciers. (ats/nxp)

(Créé: 27.06.2012, 11h14)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.