Mercredi 24 août 2016 | Dernière mise à jour 13:55

Transit alpin Les redevances routières à l'étude

Les ministres des transports des pays alpins, dont Doris Leuthard, ont avalisé deux études sur la gestion du trafic alpin. Ils veulent par ailleurs creuser le concept «TOLL+» qui prévoit des péages en fonction de la demande.

Les ministres des transports des pays alpins, dont Doris Leuthard, veulent pouvoir disposer d’un instrument permettant de limiter le trafic lourd «à l’horizon 2025/ 2030».

Les ministres des transports des pays alpins, dont Doris Leuthard, veulent pouvoir disposer d’un instrument permettant de limiter le trafic lourd «à l’horizon 2025/ 2030». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les ministres des transports des pays alpins ont avalisé deux études sur la gestion du trafic alpin, mercredi à Leipzig, en Allemagne.

Ils ont confié cette tâche à un groupe de travail. Celui-ci devra aborder d’autres questions. Par exemple: faut-il encourager les camions plus écologiques dans toute la zone alpine, et comment mieux informer les participants de l’offre ferroviaire.

A moyen et à long terme, les ministres souhaitent dresser un plan de route et un calendrier. Ils veulent pouvoir disposer d’un instrument permettant de limiter le trafic lourd «à l’horizon 2025/ 2030», indique le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC).

Les pays alpins veulent collaborer plus étroitement dans les domaines de l’environnement et du transport ferroviaire. Ces thèmes vont déterminer le travail de ces deux prochaines années, a indiqué le ministre allemand des Transports Peter Ramsauer mercredi à Leipzig, cité par l’agence allemande de presse dpa.

Bourse de transit

«Nous attendons des ministres des Transports des actions politiques concrètes pour le transfert du trafic marchandises de la route au rail et non de nouvelles déclarations, de nouveaux groupes de travail, d’études et de retards», a déclaré dans un communiqué Fabio Pedrina, président de l’Initiative des Alpes.

Cette association rappelle que son initiative «Pour la protection des régions alpines contre le trafic de transit» a été accepté par le peuple en février 1994. Elle milite depuis lors pour la création d’une bourse de transit alpin.

Casse-tête

Le casse-tête de la gestion du fret transitant dans les Alpes a fait l’objet de précédentes recherches, dont celle intitulée ALBATRAS en 2011. Celle-ci examinait trois instruments de gestion du trafic: une bourse du transit alpin, un marché des droits d’émissions et des péages différenciés (TOLL+).

Deux études ont été dévoilées mercredi. La première, LEGALP, évalue la compatibilité de ces instruments de gestion du trafic avec le droit européen.

Elle analyse notamment le projet «TOLL+» qui prévoit des redevances majorées aux heures de pointe et réduites aux heures creuses afin de répartir la circulation de manière plus équilibrée. Selon les auteurs de l’étude, dans les circonstances actuelles, le concept «TOLL+» s’intègre dans la stratégie européenne.

Toutefois, pour que ce modèle puisse être mis en oeuvre, il faudrait l’adapter dans divers domaines à la directive Eurovignette révisée de l’UE. L’Eurovignette est une taxe que les propriétaires de poids lourds doivent acquitter pour utiliser les autoroutes et voies rapides à péages.

La seconde étude -EFFINALP - cerne les répercussions économiques. Selon les auteurs, l’introduction d’instruments de gestion du trafic lourd n’aurait dans l’ensemble que des conséquences économiques minimes. Certaines régions d’Italie du Nord et d’Autriche seraient toutefois davantage touchées que la moyenne.

Concilier les intérêts

La principale constatation est que les obstacles juridiques sont les plus bas pour «TOLL+», a déclaré la conseillère fédérale Doris Leuthard face à la presse. «Ce modèle va donc être approfondi sans pour autant quitter des yeux les deux autres instruments».

Pour la ministre helvétique des transports, le but reste de décharger la population concernée du trafic des poids lourds et parallèlement de garantir le développement économique. A son avis, il s’agit donc d’instaurer un instrument de gestion du trafic qui tienne compte à la fois compte des intérêts de l’économie et de la protection de l’environnement.

Bilan des travaux

A final, l’assemblée ministérielle a adopté un document de politique des transports - «Les conclusions de Leipzig» - dressant un bilan des travaux menés depuis 2001 et définissant les prochaines étapes.

Les ministres de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, de l’Autriche, de la Slovénie et de la Suisse ont par ailleurs accueilli le Liechtenstein comme nouveau membre du «Suivi de Zurich». Cette plate-forme de coopération a été créée en 2001 après de graves accidents survenus dans des tunnels de l’espace alpin.

A la clôture de la conférence, Doris Leuthard a remis la présidence à son homologue allemand Peter Ramsauer conformément au roulement en vigueur. La Suisse a assumé la présidence entre 2009 et 2012. (ats/nxp)

(Créé: 02.05.2012, 17h43)

Sondage

Les robots facteurs de La Poste sont-ils une bonne solution?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.