Samedi 27 août 2016 | Dernière mise à jour 08:17

Sécurité Faites des réserves, pas la guerre!

Un projet dirigé par l’ex-chef de l’Aide humanitaire préconise aux ménages suisses de faire des réserves alimentaires en cas de panne de courant et de pandémie.

Il est recommandé aux 3,5 millions de ménages suisses de faire des réserves d’aliments de base.

Il est recommandé aux 3,5 millions de ménages suisses de faire des réserves d’aliments de base. Image: Martin Ruetschi/Keystone

Faire des réserves alimentaires d'urgence est-il nécessaire?

Provisions recommandées

2 kilos de sucre par personne, 2 kilos de riz ou de pâtes, 2 litres d’huile ou 2 kilos de graisses, 9 litres d’eau par personne et des légumes en conserve, du sel, du poivre, des fruits secs, des biscottes, du chocolat, 1 radio portable, une lampe de poche avec réserve de piles, des allumettes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les nostalgiques de la période de la guerre froide ressentiront un petit frisson à remplir leurs étagères, au fin fond de leur cave, de riz, sucre, huile et boîtes de conserve. Moins sûr que l’ensemble des 3,5 millions de ménages suisses apprécient d’investir dans 10 kilos d’alimentation de secours, au cas où. C’est pourtant ce que recommande le très sérieux Toni Frisch, ex-chef de l’Aide humanitaire suisse, désormais à la tête de l’Exercice du Réseau national de sécurité (ERNS), dans les colonnes de l’hebdomadaire Schweiz am Sonntag.

Lors de son dernier exercice, l’ERNS a prévu un double scénario de crise. La Suisse, suite à une cyberattaque, serait paralysée durant 48 heures sans aucun courant électrique, et affronterait encore une pandémie de grippe. D’où l’importance que «les ménages suisses s’approvisionnent comme ils le faisaient avant», précise Toni Frisch. Le rapport final sera soumis au printemps 2015 au Conseil fédéral et aux Chambres.

Justement, qu’en pensent nos parlementaires? «C’est un appel au gaspillage, réagit la conseillère nationale Isabelle Chevalley (Vert’libéraux/VD). Les gens n’ont pas assez de discipline pour changer leurs produits. Autant que l’on revienne à l’ancien système où la Confédération gérait les stocks.» Le socialiste neuchâtelois Jacques-André Maire la rejoint sur ce point et voit un côté plus alarmant à ces recommandations: «On fait passer un message de vulnérabilité de la Suisse, et ça me semble démesuré.»

De quoi imposer un réflexe de survivaliste à chaque citoyen et jouer la paranoïa? «Pas du tout, rétorque Guy Parmelin (UDC/VD). Ce n’est pas inutile que les autorités rappellent la responsabilité de chacun. Notre génération n’a pas connu la guerre. Aujourd’hui, on a une fausse impression d’avoir tout à disposition avec Internet et les courses à n’importe quelle heure.» Le politicien à l’origine d’un postulat en 2006 au sujet de l’approvisionnement alimentaire suisse interprète «cette piqûre de rappel comme de la prévoyance face à un monde soumis à des tensions internationales».

Les recommandations de Toni Frisch pourraient-elles devenir obligatoires? Depuis la loi sur l’approvisionnement économique du pays votée en 1982, elles ne le sont pas. L’écologiste genevois Ueli Leuenberger de conclure: «Ces réserves ne sont pas une aberration, discutons-les, mais sans faire peur aux gens.» Pas d’urgence donc et, en attendant la panne de courant, les pizzas resteront au frais au congélo. (Le Matin)

(Créé: 26.01.2015, 11h10)

Sondage

Vous sentez-vous indisposé par le port du burkini?




Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.