Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 18:48

Drame Retrouvée morte sous un lit

Semhar, 12?ans, a été retrouvée sans vie à son domicile de Carouge. La piste criminelle est privilégiée.

Des fleurs et des bougies ont été déposées par des proches et des voisins au bas de l’immeuble, rue de la Tambourine à Carouge (GE).

Des fleurs et des bougies ont été déposées par des proches et des voisins au bas de l’immeuble, rue de la Tambourine à Carouge (GE). Image: Christian Bonzon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des paires de souliers devant la porte entrouverte d’un appartement d’où proviennent des pleurs. Sous le choc, toute la communauté éthiopienne vient épauler la famille de la jeune Semhar, 12?ans, retrouvée morte à son domicile, rue de la Tambourine 60 à Carouge (GE). L’incompréhension règne: «Nous ne savons rien», dit le père, bouleversé, soutenu par tout le quartier. On fait signer une pétition pour donner de l’argent à la famille endeuillée. Alors que l’émotion est vive, des questions restent en suspens, le mystère plane sur les causes du décès de la préadolescente.

Comportement inhabituel

Vendredi passé, peu avant 18?h, la famille signalait via un communiqué de presse de la police cantonale genevoise la disparition de leur fille. Cela faisait vingt-quatre?heures qu’ils étaient sans nouvelles d’elle. C’est Luna, l’une de ses copines, qui l’a vue pour la dernière fois: «Jeudi soir, au carrefour de la route de Drize, on s’est croisées avec une autre de nos amies communes. Elle nous a dit qu’elle rentrait chez elle. Je lui ai fait un signe de la main en pensant la revoir le lendemain.» Semhar est décrite par ses copines et les habitants du quartier comme une enfant calme, timide, très souriante, qui aimait jouer au foot.

«C’était encore un bébé, il y a quelque chose qui ne colle pas dans cette affaire», répète Mme La Lueta, une voisine alertée de la disparition de la fillette vers 2?h du matin dans la nuit de jeudi à vendredi. «On n’attend pas 2?h du matin pour s’inquiéter que sa fille soit rentrée», s’interroge-t-elle. Ce jeudi-là, Semhar «n’était pas comme d’habitude», rapporte Luna. Deuxième d’une fratrie de trois enfants, elle vivait avec sa mère, sa grande sœur de 14?ans et son petit frère d’à peine 2?ans, depuis la séparation de ses parents en mai dernier. Dès lors, elle devait souvent assumer des tâches ménagères et s’occuper du cadet.

Ce n’est pas le fait d’un rôdeur

Que s’est-il passé entre l’alerte donnée à 2?h du matin vendredi et la découverte de son corps par les policiers à son domicile quelques heures plus tard? Pour apaiser la psychose ambiante, une source sûre rapporte que le drame n’est pas le fait d’un rôdeur meurtrier. Elément troublant, «les policiers l’ont retrouvée sous un lit», rapportent Tabet Taher et A. S., deux proches de la famille. La porte de l’appartement a depuis été scellée. Selon le dernier communiqué de presse de la police cantonale de Genève, procédant à différents contrôles et relevé d’indices, les enquêteurs de la police judiciaire privilégient la piste criminelle. (Le Matin)

(Créé: 27.08.2012, 07h22)

Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.