Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 04:17

Berne L'employée impudique de la Confédération suspendue

Première sanction pour la secrétaire du Parlement suisse qui avait posté des selfies d’elle nue sur Twitter… depuis son bureau au Palais fédéral.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une collaboratrice des Services du Parlement a été suspendue de ses fonctions pour avoir posté sur Twitter des selfies qui la montrent nue dans son bureau du Palais fédéral.

Cette secrétaire, suivie par 11'000 personnes sur le réseau social, est parfaitement consciente que ses collègues sont susceptibles de tomber sur ces clichés: «J’y pense en permanence», a-t-elle déclaré à la Neue Zürcher Zeitung.

Aucun conflit d’intérêt

Les recommandations de l’Office fédéral du personnel (OFP) sont pourtant sans équivoque: «Ne publiez sur Internet que des photos ou des textes que vous seriez prêts à montrer à vos collègues, collaborateurs et supérieurs».

La secrétaire estime quant à elle que vu que les photos font partie de sa vie privée, elles ne représentent aucun conflit d’intérêt avec sa fonction.

Un avertissement plutôt qu’un licenciement

L’affaire n’est pourtant pas aussi simple: sur les tweets «dénudés» il est en effet possible de reconnaître les bureaux situés à l’arrière-plan.

Et l’OFP de citer le code de bonne conduite de l’administration fédérale: les employés doivent veiller à ne pas nuire à la réputation de la Confédération – y compris dans le cadre de leur vie privée.

Les selfies de la secrétaire portent-ils atteinte au gouvernement fédéral? Le facteur déterminant est évidemment la fonction occupée par la personne qui se dévoile en tenue d’Adam (ou d’Eve). Un ambassadeur ou un porte-parole ne pourrait évidemment pas se le permettre, explique Thomas Geiser, spécialiste en droit du travail à l’Université de Saint-Gall.

Selon lui, la secrétaire risque plus un avertissement qu’un licenciement avec effet immédiat. «A moins que l’employeur n’estime que son activité représente un risque pour la sécurité», par exemple dans le cas où elle serait victime d’un chantage à cause de ces photos.

Cependant, le Parlement suisse vient d'annoncer la suspension avec effet immédiat de l'employée, afin de «sauvegarder la réputation du Parlement et de ses services, le temps que les faits soient tirés au clair et que les conséquences du point de vue du droit personnel soient arrêtées.» (Le Matin)

(Créé: 06.08.2014, 18h07)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.