Dimanche 11 décembre 2016 | Dernière mise à jour 02:13

Commerce «Soldes» et pas «Sale»

Le gouvernement neuchâtelois veut obliger les commerçants à davantage communiquer en français.

Faut-il suivre l’exemple neuchâtelois?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une nouveauté nichée dans la nouvelle loi sur la police du commerce soumise au Grand Conseil: les commerçants devront impérativement mentionner sur leurs affiches le mot «Solde», lors de la saison des prix réduits. Le seul terme anglais «Sale» ne sera plus admis. Dans son rapport, le Conseil d’Etat estime que «de nombreux commerces ont pris la fâcheuse habitude d’apposer la mention «Sale» sur leurs vitrines pour signaler que la marchandise est soldée». Pour le gouvernement «Sale» ne fait vraiment pas propre: «S’il peut exister des anglicismes de bon goût, celui dont il est question représente une insulte à la langue française et mérite d’être banni». «On est censé parler le meilleur français à Neuchâtel», argumente le chef de la police du commerce cantonal Pierre Bonhôte. Soumises à des campagnes publicitaires nationales, les grandes surfaces devront faire une exception neuchâteloise. Mais le Conseil d’Etat s’en moque: pour lui, «Sale» est une «solution de facilité» par rapport à une déclinaison dans les trois langues du pays «Ausverkauf», «Soldes» et «Saldi». Imposer le terme «Soldes» n’est à ses yeux qu’une «modeste entrave à la liberté économique».

«Un peu excessif»

La «modeste entrave» courrouce quelque peu Hervé Devanthéry, de «Publicité Suisse», l’organisme qui représente les professionnels de la branche. Pour lui, il est un «peu excessif» de légiférer sur un tel détail, même s’il est effectivement un peu ridicule de vendre des vêtements, notamment, sous un grand «Sale». «Mais c’est plus dangereux pour la proximité avec la clientèle que pour la défense du français.» Ce serait d’après lui aux clients de faire part de leur sentiment quant à l’omniprésence de ce mot, et aux enseignes de le faire disparaître. Il affirme que de part et d’autre, le débat sur l’omniprésence du «franglais» dans la pub est monopolisé par des «intégristes».

«Espérons que d’autres cantons suivront», s’enthousiasme le conseiller aux Etats neuchâtelois Didier Berberat, également président de l’association «Défense du français.» Et de préciser que de nombreux vendeurs sont mal à l’aise avec des communications en «franglais», souvent réalisées par des agences zurichoises. «En Suisse romande, on est sans doute plus sensibles à la question. Alors qu’à Zurich, quand on vous bouscule à la gare, on vous dit très souvent «sorry».»

Un verdict confirmé par le Conseil d’état qui estime que «les consommateurs romands ont des raisons toutes particulières de s’indigner d’une pratique qui n’est peut-être pas de nature à choquer les Alémaniques». Selon le Gouvernement, la défense de la langue française «face à des assauts d’un mauvais goût» est d’intérêt public.

(Le Matin)

(Créé: 18.01.2013, 09h16)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.