ACCUEIL 25.7.2016 Mis à jour à 08h09

Ueli Maurer n'avait pas lu les rapports sur le Gripen

Avions de combat

Le conseiller fédéral en charge de la Défense n'était pas au courant du rapport d'évaluation qui affirmait que l'avion suédois ne remplissait pas les conditions minimales.

Mis à jour le 13.02.2012 127 Commentaires
Le ministre de la Défense a reconnu ne pas avoir lu le rapport d'évaluation.

Le ministre de la Défense a reconnu ne pas avoir lu le rapport d'évaluation.
Image: Keystone

Galerie photo

Rappel de la bataille pour ou contre le Gripen en images

Rappel de la bataille pour ou contre le Gripen en images
Le Conseil fédéral a choisi le Gripen du Suédois Saab comme nouvel avion de combat pour remplacer les vieux Tiger. Mais leur achat est combattu par référendum. Les Suisses se prononceront le 18 mai 2014.

Articles en relation

Le ministre de la défense Ueli Maurer est de plus en plus sous pression après la publication par la presse des rapports d’évaluation du Gripen, dont il dit n’avoir pas eu connaissance. La commission de la sécurité du Conseil des Etats souhaite qu’il s’exprime rapidement.

D’après ces textes confidentiels des Forces aériennes suisses, le Gripen ne remplit pas les conditions minimales pour la police du ciel. Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) va maintenant clarifier «quel poids donner à ces rapports dans le processus d’évaluation», a déclaré lundi Silvia Steidle, porte-parole du DDPS.

Lorsque le conseiller fédéral Ueli Maurer a recommandé en novembre 2011 au gouvernement l’achat du Gripen, il s’est basé sur un rapport d’évaluation d’armasuisse, le centre de compétence pour les fournitures de l’armée, a expliqué Silvia Steidle. Ce document arrivait à la conclusion que l’appareil suédois était suffisant.

Mais selon le rapport dévoilé dimanche, le Gripen «est l’unique candidat qui n’atteint pas les capacités minimales pour tous les types de missions examinées». Dans les tests de 2008, l’avion suédois n’a obtenu que 4,2 points sur 9 dans les missions de police du ciel, alors qu’un minimum de 6 était souhaité, indique le rapport approuvé par le commandant des Forces aériennes Markus Gygax.

Explications exigées

Après ces révélations, la commission de politique de sécurité du Conseil des Etats souhaite qu’Ueli Maurer s’explique rapidement sur le choix des Gripen. «Etant donné l’ampleur des critiques», la commission attend des explications rapides du ministre. En attendant, elle ne veut entreprendre aucune démarche et laisse toutes les options ouvertes, a-t-elle fait savoir lundi à l’issue de sa séance.

Pour le reste, la commission se cantonne derrière la procédure prévue. Elle renonce à examiner les critiques adressées et se prononcera «en temps voulu», à savoir lorsqu’elle examinera le programme d’armement 2012, que doit encore remettre le gouvernement. «La question de l’acquisition de nouveaux avions de combat se trouve en ce moment dans les mains du Conseil fédéral».

Ce n’est que sur la base du programme d’armement que la commission s’assurera alors que la procédure de sélection a été menée de manière correcte et juste, qu’elle examinera les capacités de l’appareil retenu à remplir les missions prévues et vérifiera la question du financement.

Informations nécessaires

Elle demandera en outre à son homologue du Conseil national de lui mettre à disposition les procès-verbaux de sa sous-commission, chargée de faire la lumière sur la procédure d’évaluation.

Cette sous-commission se réunira le 21 février pour se pencher sur le Gripen, a indiqué son président Thomas Hurter (UDC/SH). Le Conseil fédéral a maintenant donné l’assurance que la sous- commission aura accès aux documents qui ont étayé sa décision, a précisé Thomas Hurter.

«Les dernières information de ce dimanche nous obligent à demander des explications supplémentaires», a estimé quant à elle Géraldine Savary (PS/VD), membre de la commission, à la Radio suisse romande.

Transparence exigée

La tournure prise par les événements a suscité d’autres réactions lundi. Alors que le PLR, «choqué» par la «légèreté» d'Ueli Maurer, lui demande d’apporter des réponses dans les 24 heures, la Société suisse des officiers exige la «transparence totale» et «déplore fortement» que le processus en cours nuise à l’ensemble de l’armée.

L’ancien commandant en chef des Forces aériennes suisses Fernand Carrel se dit pour sa part «absolument consterné» par le chemin que prend la procédure. «Cela me fait craindre le pire», dit-il, redoutant que tout capote.

«Les bras m’en tombent», confie-t-il après avoir appris que le ministre de la défense n’avait pas connaissance des rapport d’évaluation dévoilés par la presse dominicale. (ATS/nxp)

Créé: 13.02.2012, 08h09

127

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

127 Commentaires

Jessica Tailland

13.02.2012, 08:19 Heures

ça !! c'est vraiment une histoire comme seul en Suisse on sait faire, un dossier sensible comme celui là et c'est de nouveau la bourde, on paie des incompétents 500'000 balles par année pour de l'amateurisme, c'est affligeant de voir que dépenser de l'argent du contribuable par des incapables pareils. Répondre


Serge Von Gerter

13.02.2012, 09:31 Heures

Pour tirer à comme des boulets sur les étrangers et gueuler sur les autres partis, l'UDC est remarquable, mais lorsqu'il faut mettre la main à la pâte et trouver des solutions, nos copains extrimistes sont simplement navrants. Répondre



Sondage

La population suisse s'arme toujours plus. Vous sentez-vous en sécurité?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons