Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 02:37

La Pride Des milliers de personnes défilent à Delémont

Plus de 3000 personnes ont participé samedi au cortège de la Pride qui se déroulait pour la deuxième fois après 2003 à Delémont. Pour les orateurs, il faut poursuivre la lutte contre l'homophobie.

La Pride de Delémont

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans une ambiance de kermesse, la Pride a mélangé les styles, les générations et les genres. Le cortège comptant deux cliques et neuf chars a, comme lors de chaque édition, constitué l'apogée de la manifestation. Plus de 3000 personnes étaient massées le long du parcours du défilé qui a traversé le chef-lieu jurassien, ont estimé les organisateurs. L'objectif est ainsi atteint.

Dans son allocution, la présidente du Gouvernement jurassien Elisabeth Baume-Schneider a relevé que la Pride avait toujours sa raison d'être. «Il n'est pas toujours possible de s'exprimer librement sur son orientation sexuelle», a déclaré la ministre sous les applaudissements de la foule rassemblée devant l'Hôtel de Ville. Elle a rappelé le rôle que devait jouer l'école contre l'homophobie.

Perturbateurs

La tension est subitement montée lorsqu'un petit groupe d'une dizaine de personnes, emmené par deux curés en soutane, a tenté de perturber les discours avec des slogans. Affirmant représenter le courant traditionaliste de l'église, les opposants ont brandi des pancartes hostiles à la Pride. «La famille en danger - Non aux Gay Pride», pouvait-on lire.

Les tentatives de dialogue avec les participants ont échoué. Après un quart d'heure, les manifestants ont quitté les lieux sous les huées des participants à La Pride.

Message des Eglises

Cet incident n'est absolument pas représentatif du climat dans le canton. Les communautés chrétiennes du Jura ont adressé avant la Pride un message d'accueil et d'apaisement. L'Eglise catholique, l'Eglise réformée ainsi que le réseau évangélique n'étaient pas opposés à la manifestation.

Les trois Eglises officielles estiment que chacun a le droit de vivre sa spiritualité. Elles rejettent donc toute action et parole discriminatoires. Les Eglises chrétiennes ont adopté le slogan de la Pride «Echanger changer» même si elles cherchent en premier lieu à véhiculer une vision positive de l'hétérosexualité.

A Fribourg

Après Delémont, c'est Fribourg qui prend la succession pour la Pride 2013 avec comme slogan «comme tout le monde ...». La Pride revient ainsi en terre fribourgeoise après 14 ans d'absence. La manifestation se déroulera samedi 22 juin 2013 sur le site de l'Université de Pérolles et de l'école d'ingénieurs.

Plus de 40 ans après la Pride de New York et malgré de grands progrès observés depuis, l'égalité des droits n'est toujours pas atteinte, estime le comité d'organisation jurassien. La Pride se poursuivra tant qu'il n'y aura pas d'égalité des droits et tant qu'il sera compliqué de déclarer son homosexualité dans les écoles.

(ats/nxp)

(Créé: 30.06.2012, 21h41)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.