ACCUEIL 29.7.2014 Mis à jour à 23h52

L'arrêt de l'épandage de jus toxiques demandé

Environnement

Vaud Libre Riviera, Montreux Libre et Vevey Libre demandent l'arrêt immédiat de l'épandage de produits toxiques par la voie des airs à la décharge des Saviez à Noville (VD).

Mis à jour le 08.08.2012 1 Commentaire
La réserve naturelle des Grangettes pourrait être affectée par l'épandage des produits toxiques.

La réserve naturelle des Grangettes pourrait être affectée par l'épandage des produits toxiques.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Les explications obtenues de l'Etat de Vaud n'ont pas éclairé les zones d'ombre nombreuses de ce dossier, indiquent mercredi dans un communiqué Vaud Libre Riviera, Montreux Libre et Vevey Libre. Leurs représentants ainsi que la Fondation écologiste MART ont écrit au préfet d'Aigle pour demander l'arrêt immédiat des essais.

Les dispersions de ce liquide, appelé «lixiviat», présentent un danger inacceptable pour la santé des être humains, la faune et la flore, affirment-ils. Contrairement à ce qui a été dit dans un premier temps, la concentration d'ammonium dans le liquide dispersé par la voie des airs dépasserait la concentration maximale autorisée de 300 fois et non pas 100 fois.

Conseil d'Etat interpellé

L'épandage de ce liquide par la voie des airs ne permet pas de contrôler où il se dépose notamment en cas de vents. En outre, les oiseaux et la faune ne peuvent pas savoir qu'il faut éviter la zone toxique d'épandage, relève le communiqué.

Les élus demandent que des mesures soient prises pour que ces jus soient assainis en conformité avec les valeurs légales prévues par la Loi sur la protection des eaux. Ils pourraient l'être comme prévu initialement par la station d'épuration de Roche.

Le député Vaud Libre du district de la Riviera, Jérôme Christen, adressera la semaine prochaine une question et une interpellation écrite au Conseil d'Etat lors de la prochaine session du Grand Conseil vaudois.

Pique-nique sans risque

Un pique-nique est par ailleurs prévu samedi matin en collaboration avec la Fondation MART à côté de la décharge. Les organisateurs ont adressé au Conseil d'Etat, par l'intermédiaire du préfet du district d'Aigle, une lettre demandant la garantie qu'il puisse avoir lieu sans le moindre risque sanitaire.

Selon le Service des eaux, sols et assainissement (SESA), les conditions du test ont été améliorées. Les concentrations en polluants contenus dans les jus de la décharge sont très faibles.

Ces jus sont davantage à comparer avec l'eau d'une fontaine où il serait écrit par précaution «eau non potable» qu'à des eaux usées. Les aspersions vont être poursuivies durant une période de 15 jours avant un nouveau point de la situation. (ats/Newsnet)

Créé: 08.08.2012, 15h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Jean-François Chappuis

08.08.2012, 15:35 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

C'est le moment que les milieux de la région se manifestent, car j'avais été relativement surpris de ce mode de faire! Je veux bien admettre que l'on voit de tout, mais là cela avait atteint un sommet...! Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce