Samedi 3 décembre 2016 | Dernière mise à jour 18:29

Combat «Mes filles ne sont pas des cobayes»

Une maman de La Tour-de-Trême (FR) est en colère contre sa commune et les autorités, qui se moquent de la sécurité du chemin de l’école qu’emprunteront ses deux filles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Isabelle Colliard-Richoz est d’habitude très souriante. Mais elle a ri jaune quand elle a appris que sa commune allait remplacer les patrouilleurs par des pots de fleurs (photo 2 ci-dessus). Puis elle a cessé de rigoler quand elle a entendu d’un policier local qu’on «mettait à l’essai le passage piéton sans eux», celui que deux de ses filles de 4 et 8 ans devront emprunter à la rentrée prochaine. «Elles ne sont pas des cobayes», insiste cette mère au foyer en colère.

Cette nouvelle est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Car, depuis plusieurs mois, elle se bat pour un chemin de l’école sûr. Tout débute à la construction d’un cycle d’orientation à La Tour-de-Trême. On y finance deux grands arrêts de bus pour y déposer les élèves du secondaire. Arrive le nouvel horaire des CFF en décembre 2012: les élèves du secondaire seront finalement déposés en plein milieu du village et non plus aux arrêts prévus, car il faut garantir aux autres utilisateurs des bus les correspondances avec les trains en gare de Bulle. «Non seulement la correspondance est toujours en retard de 3 minutes, mais surtout les 200 élèves croisent sur un trottoir de 150 cm (photo 3) les enfants du primaire», explique-t-elle. A l’aide d’une pétition en avril dernier, Isabelle Colliard-Richoz vient d’obtenir à moitié gain de cause.

Le Conseil d’Etat fribourgeois a donc décidé de faire passer les élèves du secondaire sur un passage de voie de chemin de fer (photo 4) qui sera surveillé par un agent des Transports publics fribourgeois (TPF) en attendant la construction d’un passage sous-voie, prévu pour fin 2014. Cela, plutôt que de changer le parcours des bus par la route de contournement, qui aurait fait gagner quelques minutes. «Ces aménagements n’amènent pas de problèmes de sécurité pour les enfants», ponctue le conseiller d’Etat Maurice Ropraz. Les TPF sont «satisfaits de cette solution transitoire et assurent que les barrières (toujours pas installées) le seront pour la rentrée.» Pour l’histoire du trottoir, le canton va l’élargir. «Mais cet élargissement ne répond toujours pas aux normes des 3,5 m», rétorque Isabelle Colliard-Richoz.

Crainte de l’accident

La commune, de son côté, s’est efforcée de marquer de petits pas jaunes le trajet des enfants du primaire. «On maintient le passage piéton, on fait déjà une exception à la loi car ce n’est pas obligatoire dans une zone à 30. Ça serait excessif de garder encore le patrouilleur, dont le contrat est d’ailleurs arrivé à terme», explique Jean Hohl, ingénieur de la ville. Face à toutes ces solutions transitoires, Isabelle Colliard-Richoz ne se pose plus qu’une seule question: «Est-ce qu’ils attendent l’accident?»  

(Créé: 26.07.2013, 14h39)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.