Samedi 29 avril 2017 | Dernière mise à jour 21:09

Immobilier Un promoteur vaudois ose le loyer aux enchères

Roland Morisod lance une mise à prix inversée pour louer ses appartements. L’Asloca dénonce le système.

Ce sont des biens haut de gamme que Roland Morisod met aux enchères à Lucens (VD).

Ce sont des biens haut de gamme que Roland Morisod met aux enchères à Lucens (VD).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’annonce a de quoi surprendre. A louer, 3,5 pièces haut de gamme de 83 m2 à la Résidence du Château à Lucens (VD) avec piscine et fitness, prix à définir par le locataire. Vendredi, c’est donc par une enchère inversée sur un site Internet que les loyers des trois appartements vacants seront déterminés. En partant du montant actuel – 2482 francs – les candidats feront une offre inférieure. «C’est un test. Je dis aux gens: «Dites-moi combien vous êtes prêts à payer.» J’aime bien donner des coups de pied dans la fourmilière et voir ce qu’il se passe», explique Roland Morisod, fondateur de la gérance immobilière du même nom et initiateur du projet.

Celui qui gère près de 500 appartements raconte que tout est parti d’un débat avec des amis sur le marché immobilier suisse. «Les prix sont vraiment très hauts. A certains endroits, c’est de la folie», regrette-t-il. Pour tenter de changer les choses, Roland Morisod dit s’être inspiré d’un procédé qui a déjà cours aux Etats-Unis, les enchères inversées. «Et, comme le loyer actuel est défini comme prix maximal, dans tous les cas les futurs locataires ne payeront pas plus cher», assure-t-il. Il est même persuadé que certains pourraient profiter d’une économie substantielle de «plusieurs centaines de francs».

Objectif de la démarche? Favoriser une certaine mixité sociale dans ses logements. «Pourquoi est-ce que les moyens financiers devraient-ils être déterminants? Quand certains voient les prestations proposées, ils n’osent même pas demander le prix. J’aimerais démystifier ces lieux», souligne le promoteur. Pour autant, il affirme ne pas être une œuvre caritative. «Je ne suis ni Zorro, ni Robin des Bois, j’ai fixé un prix plancher au-dessous duquel je ne descendrai pas pour, au moins, ne pas perdre d’argent», détaille-t-il.

Quoiqu’il arrive à Lucens vendredi, Roland Morisod annonce déjà vouloir tenter également l’expérience à Lausanne avec deux autres appartements. «Et, si c’est concluant, je ne serai pas contre fonctionner uniquement avec un système d’enchère», affirme-t-il. Le promoteur espère ainsi enclencher une tendance.

Des loyers trop élevés

«Visiblement, ce sont des logements avec un loyer trop élevé et il a de la peine à les louer», analyse de son côté l’expert immobilier François Hiltbrand. Selon lui, le marché est devenu très sensible et les biens haut de gamme mettent de plus en plus de temps à trouver preneur. De manière générale, il doute fortement que les gérances puissent avoir recours à des enchères de manière régulière. «Sauf si la situation se détend et que les propriétaires cherchent à remplir leurs appartements. Sinon, ils n’ont aucune raison de faire cela», affirme-t-il.

Directeur d’IMOS Immobilier à Lausanne, Miguel Soares abonde: «Pour les loyers jusqu’à 2500 francs, je ne pense pas que cela change quelque chose. Il y aura toujours quelqu’un qui sera prêt à mettre le prix maximal», pronostique-t-il. Même s’il n’est pas convaincu par le système d’enchères, le fondateur d’IMOS Immobilier précise que celui-ci pourrait être une solution pour les biens de très haut standing avec des prix supérieurs à 2500 francs.

De son côté, Anne Baehler Bech, secrétaire générale d’Asloca Vaud, se dit surprise et choquée par la démarche de Roland Morisod. «Le montant d’un loyer doit être déterminé par les coûts pour le propriétaire et le droit du bail. Ce n’est pas un loto. On ne joue pas avec le marché du logement», s’insurge-t-elle tout en rappelant que, pénurie oblige, les locataires sont la partie faible du marché immobilier. D’ailleurs, la secrétaire générale souligne que, malgré le système d’attribution, les droits des futurs occupants subsistent. Notamment pour contester le loyer. (Le Matin)

Créé: 04.10.2016, 06h46


Sondage

La météo vous pourrit-elle la vie?




Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.