ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 05h15

Les Suisses veulent limiter la libre circulation

Immigration

L'initiative UDC contre l'immigration de masse obtient la majorité des cantons et du peuple. Elle est acceptée à 19'516 voix de différence, après une après-midi de suspense.

Mis à jour le 09.02.2014 194 Commentaires
Chargement du graphique...


Galerie photo

Les votations du 9 février en images

Les votations du 9 février en images
Les Suisses acceptent de justesse l'initiative UDC «Contre l'immigration de masse», disent oui aussi au fonds ferroviaire, mais balaient l'initiative contre le remboursement de l'avortement. Images.

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Les Suisses ne veulent plus de la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE). Par 50,3% des voix, ils ont accepté dimanche l'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse», désavouant les milieux économiques et les autorités. L'opposition unanime de la Suisse romande, de Bâle-Ville, de Zurich et de Zoug a été vaine.

L'initiative réclamant la réintroduction de contingents d'étrangers, demandeurs d'asile y compris, a été soutenue par 1,46 million de personnes. Plus de 1,44 millions d'autres ont dit «non». Le camp du «oui» a réuni 19'516 voix de plus que celui des opposants.

Quasiment identique au vote sur l'Espace économique européen en 1992 (50,3% de refus), ce score constitue une gifle pour le Conseil fédéral, les autres partis et les grandes fédérations économiques qui s'étaient mobilisés en force contre le texte.

Face aux effets négatifs de la pression migratoire, le corps électoral a voulu donner un signal fort. Le risque d'une résiliation des accords bilatéraux, brandi par les autorités, n'a pas ébranlé la majorité.

Au Tessin, la palme du «oui»

Comme prévu, le soutien le plus fort est venu du Tessin, où la population se plaint depuis des années de subir les conséquences négatives de la libre circulation des personnes. En tout, 68,2% des votants d'outre-Gothard ont placé un «oui» dans l'urne.

A Appenzell Rhodes-intérieures, le soutien a atteint 63,5% et à Schwytz 63,1%. En tout, dix-sept cantons ont adopté le texte, avec des scores élevés en particulier en Suisse orientale et centrale.

Fossé linguistique

A l'inverse, ravivant la barrière de röstis, la Suisse romande a voté en bloc contre l'initiative de l'UDC. Avec 61,1%, les Vaudois ont été les champions du «non». Ils sont suivis des Bâlois, qui ont refusé le texte par 61% (alors que Bâle-Campagne l'a accepté par 50,6%).

L'opposition des Genevois s'est inscrite à 60,9%, celle des Neuchâtelois à 60,7%. Un peu moins catégoriques, 55,9% des Jurassiens ont rejeté l'initiative, tout comme 51,7% des Valaisans et 51,5% des Fribourgeois.

Dans le troisième canton bilingue, Berne, le «oui» a primé par 51,1%, seuls les arrondissements de Bienne et de la ville de Berne ayant marqué leur différence. Dans le camp des opposants à l'initiative se trouvent encore Zoug (50,1%) et Zurich (52,7%).

Préférence nationale

Les conséquences pratiques de ce résultat demeurent encore floues. Seule certitude, le Conseil fédéral est appelé à présenter un projet de loi pour concrétiser les exigences de l'initiative, qui demande de la Suisse qu'elle gère de manière autonome l'immigration des étrangers.

Le texte demande des contingents annuels pour les travailleurs, frontaliers ou personnes relevant de l'asile. Ces plafonds doivent être fixés en fonction des «intérêts économiques globaux de la Suisse et dans le respect de la préférence nationale».

Dans la foulée, les accords internationaux contraires à cet esprit - comme la libre circulation des personnes - devront être renégociés et adaptés dans un délai de trois ans.

Pression immédiate de Bruxelles

La Commission européenne a regretté dimanche dans un communiqué le vote des Suisses, avertissant qu'elle examinerait les implications de cette initiative sur l'ensemble des relations entre l'UE et la Suisse.

«La Commission européenne regrette que l'initiative pour l'introduction de quotas sur l'immigration soit passée via cette votation. Cela va à l'encontre du principe de libre-circulation des personnes entre l'Union européenne et la Suisse», écrit la Commission.

«L'Union examinera les implications de cette initiative sur l'ensemble des relations entre l'UE et la Suisse. Dans ce contexte, la position du Conseil fédéral sur le résultat sera aussi prise en compte», conclut le communiqué.

Que dit le texte de l'initiative? Notre article et nos graphiques. (atsnxp)

Créé: 09.02.2014, 12h26

194

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

194 Commentaires

Ludo Cattin

09.02.2014, 16:54 Heures

Quel beau pays la Suisse ! C'est le seul endroit au monde où les citoyens peuvent contredire les élites ! Répondre


Alain Merly

09.02.2014, 13:52 Heures

C'est beau toute cette verdure sur la carte de Suisse. Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons