Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 01:29

Assemblée L'UDC rejette la révision de la loi sur les épizooties

L’Union suisse des paysans (USP) a subi samedi une lourde défaite à Seedorf (UR). Président de l’USP et du Conseil national, Hansjörg Walter n’a pas fait le poids face aux arguments de la base prônant la liberté.

«De plus en plus, des étapes de procédure sont négligées», a déploré Toni Brunner samedi à Seedorf (UR) en ouverture de l'assemblée des délégués de l'UDC.

«De plus en plus, des étapes de procédure sont négligées», a déploré Toni Brunner samedi à Seedorf (UR) en ouverture de l'assemblée des délégués de l'UDC. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Par 250 voix contre 89, l’assemblée de l'UDC a dit «non» à la révision de loi soumise au peuple le 25 novembre prochain. Sur 14 orateurs qui se sont exprimés sur le sujet, seuls trois ont soutenu le projet du Conseil fédéral, alors même qu’aucun député UDC aux Chambres fédérales n’avait refusé le texte lors du vote du parlement.

Montée à la tribune pour présenter les arguments des opposants, la Lucernoise Yvette Estermann a défendu avec succès le principe de la responsabilité individuelle face au «pouvoir de plus en plus centralisateur» de la Confédération. La conseillère nationale s’est aussi faite la porte-parole des Jeunes UDC qui avaient déjà rejeté le texte.

Contre le «diktat» de l’OMS

Elle a fait mouche en évoquant les résidus des vaccins d’animaux dans la chaîne alimentaire, le coût des programmes de prévention et le «danger» de voir l’Organisation mondiale de la santé imposer ses vues à la Suisse. Le loi révisée permet à Berne de signer plus facilement des accords internationaux en la matière. Des orateurs ont évoqué une loi «anti-libérale» et «anti-fédéraliste».

Hansjörg Walter a qualifié d’»infondées» les craintes des auteurs du référendum: «Il n’y aura pas de nouvelles vaccinations obligatoires ou d’autres contraintes dans ce sens». Et d’ajouter que les détenteurs d’animaux disposeront d’un droit de recours contre les décisions de l’Office fédéral vétérinaire (OFEV).

Risques d’épizooties liés au changement climatique, remise gratuite ou à prix réduit du vaccin aux éleveurs grâce à un système efficace, améliorations pour la santé des animaux, les arguments du Thurgovien ont été vains. Les délégués de l’UDC, parti qui dispose d’une importante base paysanne, n’ont pas suivi l’avis de l’USP, largement favorable à la loi.

Contre la révision de la LAT

La révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) n’a pas non plus trouvé grâce aux yeux des délégués, même si elle protège les terres cultivables. L’assemblée a balayé le texte par 321 voix contre 31. Soumis au peuple le 3 mars 2013, il s’agit d’un contre-projet indirect à l’initiative «pour le paysage» que ses auteurs retireront en cas de «oui» à la révision de loi.

Les arguments de Jean-François Rime ont convaincu les délégués. Président de l’Union suisse des arts et métiers (USAM) qui a déposé le référendum contre cet objet, le conseiller national fribourgeois a dénoncé l’obligation de déclasser les zones à bâtir dépassant les besoins pour les quinze prochaines années.

Il a prédit une avalanche de litiges coûteux lorsque «plus de la moitié des cantons se verront obligés de déclasser plus de 50% de leurs zones à bâtir non construites». Et de rejeter «une atteinte massive aux droits de propriété» qui pénalise les PME et la classe moyenne. Enfin, la taxe d’au moins 20% sur la plus-value incitera les cantons à fixer des taxes plus élevées, selon Jean-François Rime.

Jugeant les craintes des opposants excessives, le conseiller national thurgovien Markus Hausammann a vainement demandé à l’assemblée de ne pas favoriser indirectement l’initiative. Il a rappelé l’efficacité du contre-projet indirect qui correspond aux principales revendications de l’UDC.

Gouvernement «pas sérieux»

En ouverture d’assemblée, Toni Brunner a focalisé son discours sur le «manque de sérieux et de stratégie» du Conseil fédéral. Il a notamment fait allusion à la politique européenne et au dossier de la place financière.

Le président du parti s’est en outre insurgé contre les procédures de consultation raccourcies qui «outrepassent» de plus en plus les acteurs concernés. Et d’évoquer les brefs délais des consultations concernant l’accord germano-suisse sur le trafic aérien ou le milliard de francs destiné à la candidature des Grisons pour les JO de 2022. (ats/nxp)

(Créé: 27.10.2012, 17h15)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.