ACCUEIL 26.7.2016 Mis à jour à 02h17

Les enseignants «terriblement choqués»

Site de l'UDC anti-profs

Les jeunes pousses du parti conservateur lancent un site de dénonciation anti-profs pour lutter contre «l’endoctrinement gauchiste» en classe. Participez à notre débat du jour!

Par Pomey Raphaël. Mis à jour le 01.09.2014 161 Commentaires

1/8 L'esthétique du site évoque celle de pages «alternatives», et très éloignées de la doctrine UDC.

   

Les questions du jour

-Est-il normal qu’un parti mette les pieds dans l’école et encourage à la dénonciation des profs non «UDC-compatibles»?

-Que penser d’une telle démarche en matière de protection des données?

-Qu’en pensent les profs?

-Pourquoi l’UDC se présente comme défenseur d’une minorité maltraitée par l’école, alors qu’il s’agit du premier parti de Suisse?

Tout au long de la journée, Lematin.ch répondra à ces questions à l’aide de divers intervenants. N’hésitez pas non plus à nous donner votre avis dans les commentaires et sur les réseaux sociaux!

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Freie-schulen.ch, c’est le nom du dernier projet des jeunes agrariens. Sur ce nouveau site, qui mélange esthétique rebelle et doctrine très conservatrice, les écoliers du secondaire et les étudiants ont désormais la possibilité de «balancer» leurs profs jugés trop à gauche, qui égratigneraient l’histoire suisse ou se répandraient trop sur le réchauffement climatique.

Un «savoir alternatif» qui ne fait pas dans le détail

Un formulaire en guise de centre de réclamation est ainsi à la disposition des jeunes, dont le récit sera ensuite publié sur le site, en préservant toutefois l’anonymat des enseignants «fautifs». La plateforme comporte également des sections destinées au «savoirs alternatifs», encore peu remplies mais où l’on apprend déjà que le réchauffement climatique est une idéologie d’écologistes bornés.

Publicitaire choqué

«C'est d'une violence extrême», réagit Hervé Devanthéry, directeur de l'agence Synthèse, à Lausanne. Il y a des explosions partout, des termes forts constamment utilisés, on parle de «dictature», c'est franchement inquiétant.» Pour lui, avec ce site, les jeunes UDC flirtent avec la théorie du complot et mélangent tout et n'importe quoi, à l'image d'un visuel réunissant le «Che», Staline et la rose des socialistes. «C'est comme s'ils disaient que tout ce que l'école enseigne aux enfants est faux. On est à la limite du discours d'une secte.»

Il se demande aussi si les jeunes UDC ont fait exprès de ne pas mettre en avant leur logo, optant au contraire pour une imagerie rappelant la scène autonome. «Mais je ne sais pas s'ils savent ce qu'ils font. Il y a un côté farce d'ados qui veulent foutre le bordel à l'Uni.»

A ses yeux, les jeunes UDC, comme les jeunes d'autres partis, sont peut-être ici utilisés pour lancer de nouvelles idées, et flatter les tenants d'une ligne dure.

«Les jeunes UDC sont discriminés en classe»

Yohan Ziehli, vice-président des jeunes UDC suisses, ne le cache pas: il y a une dimension provocatrice dans le site Freie-schulen.ch, comme par exemple dans cette image mélangeant socialistes et dictateurs: «Mais rappelons que certains membres de ces partis se sentent néanmoins proches de figures comme Mao, par exemple.»

Mais surtout, avec cette plateforme, il s'agit de répondre à une situation inquiétante: «Les jeunes qui se sentent proches des idées de l'UDC sont discriminés, en classe.» Agé de 21 ans, il explique que fréquemment, les jeunes sympathisants du parti agrarien se font agresser par d'autres jeunes qui auraient appris, en classe, «que l'UDC c'est comme les partis fascistes de l'entre-deux guerres».

Une version francophone est actuellement en cours de réalisation. Elle devrait être mise en ligne d'ici quelques semaines.

Consternation chez les profs

«Les jeunes UDC se servent de l'école pour faire le buzz», déplore Gregory Durand, président de la Société pédagogique vaudoise (SPV). Il explique que les enseignants sont «terriblement choqués» par la démarche des jeunes agrariens et parle d'une «proposition indigne» concernant l'appel à la délation.

Il dénonce encore le caractère très confus des critiques de l'UDC: «Les profs suivent un plan d'étude, les manuels sont soumis à des processus de validation. Si on doit critiquer l'école, qu'on le fasse sur des bases concrètes!»

(Le Matin)

Créé: 01.09.2014, 10h26

161

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

161 Commentaires

Patrice Verner

01.09.2014, 11:29 Heures

Aucun parti doit avoir la main mise sur l'éducation. Si l'écologie déplaît à l'UDC, tant pis, c'est important quand même. Perso, j'ai détesté la main mise néolibérale pendant mon économie à l'UNI mais je n'en fais pas un drame national non plus. Répondre


Melissa Bruni

01.09.2014, 10:44 Heures

Les profs ont un cadre légal qu'ils doivent respecter mais aussi la charge immense de transmettre le savoir aux enfants ils n'ont pas à éduquer les enfants malgré la démission de toute une génération et encore moins à subir une quelconque chasse aux sorcières pour satisfaire les fantasmes malsains d'une droite extrême qui année après année empiète sur les libertés des autres au nom de leur vérité! Répondre



Sondage

La population suisse s'arme toujours plus. Vous sentez-vous en sécurité?