ACCUEIL 23.12.2014 Mis à jour à 01h10

Ces inconscients qui perturbent le trafic lacustre

Jeux en eaux troubles

Certains capitaines des sociétés de navigation en arrivent à redouter la venue de l’été et des vacances scolaires, à cause des inconscients qui s’accrochent aux bateaux. Les risques sont pourtant mortels.

Mis à jour le 29.06.2012
Des baigneurs s'accrochent à un bateau de la CGN. Certains se laissent parfois entrainer sur plus de cent metres, lors du depart du bateau, chahutés par les remous du navire.

Des baigneurs s'accrochent à un bateau de la CGN. Certains se laissent parfois entrainer sur plus de cent metres, lors du depart du bateau, chahutés par les remous du navire.
Image: Keystone

Les pédalos donnent aussi des sueurs froides

Sur les lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat, plus que les baigneurs, ce sont surtout les pédalos qui font peur aux capitaines. «Chez nous, s’il y a très peu de problèmes avec les baigneurs parce que l’on trouve moins de monde sur les rives, il y en a avec les pédalos», explique Jean-Jacques Wenger, directeur de la société de navigation des trois lacs. «Ils côtoient directement les bateaux de ligne près des ports et les gênent parfois dans leurs manoeuvres. Il arrive que les capitaines soient forcés de reculer pour les éviter lors des départs et arrivées.»

Certains plaisanciers, peu conscients du danger auquel ils sont exposés, ont de la peine à réagir à l’approche de bateaux de ligne dans le secteur des ports. La compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN) est confrontée aux mêmes problèmes dans les environs immédiats d’Ouchy.

Côté neuchâtelois, la police laisse faire et la priorité est donnée à la discussion entre capitaines et plaisanciers. A Ouchy, un plan de baie a été élaboré par la CGN et la police cantonale et sera transmis aux loueurs de pédalos dès l’été. Ainsi les clients seront informés des zones interdites et dangereuses.

Le règlement de la CGN prévoit en effet que les bateaux de ligne sont prioritaires par rapport aux pédalos ou autres embarcations à faible puissance, dirigés par des personnes sans permis.

Partager & Commenter

Il y a le jeu qui consiste à se suspendre aux structures métalliques des bateaux à proximité des débarcadères et celui de suivre les navires dans leur sillon pour bénéficier des remous. «Jusqu’ici, il n’y a pas eu d’accident grave, mais le risque est mortel», assure Terry Guillaume, porte-parole de la compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN).

L’an dernier, sur le lac de Constance, un baigneur a été heurté par un navire et s’étant blessé, il aurait pu se noyer. Pour la CGN, ce n’est qu’une question de temps avant de compter les morts. «A tout moment, un inconscient peut se faire happer par la roue à aubes d’un bateau ou se faire assommer par un morceau de bois projeté par celle-ci», poursuit Terry Guillaume.

Depuis plusieurs années, les comportements ont empiré sur le Petit-Lac, entre Nyon et Genève. Certains adolescents font preuve d’agressivité et tentent d’entraver le trafic lacustre en obligeant les navires à s’immobiliser devant eux.

«Mais il faut aux plus gros bateaux 200 mètres au moins pour stopper leur course», souligne le porte-parole de la CGN. «Vu le danger, ceux-ci auraient arrêté de desservir les débarcadères sans l’appui des autorités communales et la mise en place de patrouilles de police l’an passé.»

Règlements peu respectés

L’ordonnance fédérale sur la navigation dans les eaux suisses interdit la baignade dans un rayon de 100 mètres autour des entrées des ports et des débarcadères. De même, personne n’est autorisé à s’approcher des bateaux en marche ou à s’y accrocher. Mais ces règlements sont tantôt méconnus des nageurs, tantôt peu respectés.

«Les baigneurs qui perturbent le trafic lacustre sont dénoncés au préfet ou au tribunal des mineurs», précise l’adjudant Claude-Alain Bart, chef de la brigade du lac Léman de la police cantonale vaudoise. «En cas de faute grave, lorsque les passagers sont mis en danger, ils sont envoyés directement chez le procureur.»

En mode prévention

Pour faire respecter le règlement et rappeler les principes élémentaires de sécurité, les autorités des lacs Léman et de Constance misent sur la sensibilisation via les médias et sur le terrain. Le Bureau de prévention des accidents (bpa) recommande aussi fortement des actions dans ce sens.

«Les nageurs intelligents vivent plus longtemps», lâche Urs Eberli, chef de la brigade lacustre de la police thurgovienne. «C’est le slogan de notre campagne: nous disons clairement aux nageurs ’rendez-vous visibles, n’approchez pas des bateaux, restez dans les zones autorisées’, pour éviter de devoir interdire la baignade dans le lac.»

Urs Eberli assure pourtant qu’il n’y a eu sur le lac de Constance que peu de cas où les baigneurs se sont comportés de façon irresponsable. «Ce qui nous inquiète davantage, c’est le manque de visibilité des personnes éloignées de la rive. Ainsi nous recommandons les gilets et pensons qu’il est utile d’installer des bouées pour signaler les zones fréquentées par les baigneurs.» (ats/Newsnet)

Créé: 29.06.2012, 08h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

La Suisse doit-elle être candidate à des Jeux olympiques d'hiver?





Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne