Samedi 24 septembre 2016 | Dernière mise à jour 23:32

Discussion

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

Plutôt que de sombrer dans la paranoïa en modifiant les emballages, c'est sur le contenu qu'il faudrait agir: on devrait exiger que le tabac utilisé dans les cigarettes ne soit pas traité avec des produits chimiques de toutes sortes, dangereux, inutiles et qui induisent la dépendance. Ils ne servent qu'à remplir les poches des industriels.


Bientôt, le paquet de klopes... sans paquet. Mais ce qui est certain, comme pour toutes choses rapportant (beaucoup!!!) de taxes à l'Etat, le produit lui ne disparaîtra jamais.


Je suis un fumeur de pipes et je ne crois pas que le gouvernement de sa gracieuse majesté Elisabeth II accepte que des hygiénistes de basse extraction puissent faire modifier le design des marques de tabacs Dunhill, Down by the Street, Baby's Botom. God save the Queen.


En Suisse on est autour de 27% de fumeurs. Faut croire que les mesures australiennes prises depuis toutes ces années portent leurs fruits.



Retour à l'article