ACCUEIL 21.10.2014 Mis à jour à 16h46

Le machisme belge piégé en caméra cachée

Machisme

Excédée par les commentaires sexistes dont elle est fréquemment victime, une étudiante belge se révolte. En caméra cachée, elle a filmé l'expression du machisme dans les rues de Bruxelles.

Par Catherine Burki. Mis à jour le 02.08.2012

Un reportage sur le film tourné par la Radio-télévision belge de la Communauté française


Infobox

Le film de Sofie Peeters n'a pas fait l'unanimité. Certains l'ont en effet considéré de raciste. Majoritairement tourné dans un quartier de Bruxelles où vivent de nombreux maghrébins,le film met surtout en scène des immigrés. En réaction à ces critiques, la réalisatrice à déclaré à la télévision flamande VRT: «Quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone. Mais ces personnes ne sont pas représentatives de toute la communauté maghrébine.»

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Commentaires désobligeants, propositions obscènes ou carrément insultes : pas marrant de se balader dans les rues de Bruxelles lorsqu’on est une jolie jeune femme. Sofie Peeters, étudiante en dernière année de cinéma à la Haute Ecole flamande Rits, en a fait l'expérience.

Après deux années passées dans la capitale belge, la jeune femme est excédée par les incessants «salope», «chienne» et autres invitations dans des chambres d'hôtel qu'elle subit au quotidien. Elle décide alors de dénoncer ce machisme verbal devenu monnaie courante.

En passe de devenir réalisatrice, elle choisit de consacrer son projet de fin d'étude au phénomène. En caméra cachée, elle film alors ses déplacements dans la rue et récolte un beau petit tas de réflexions machistes à son égard.

Des amendes comme punition

Intitulé «Femmes de la rue», son œuvre fait mouche dès sa première projection jeudi dernier dans un cinéma de Bruxelles. Repris par divers médias, le film remet au goût du jour la question du harcèlement des femmes.

Interpellées par le phénomène, les autorités bruxelloises ont décidé d'instaurer une loi prévoyant des amendes administratives pour sanctionner les comportements machistes. Le texte devrait entrer en vigueur le 1er septembre. Comme l'a indiqué le porte-parole de la police Ilse Van der Keeren à 20 minutes , les femmes victimes de harcèlement ou d'insultes devront porter plainte pour qu'une enquête soit ouverte. (Newsnet)

Créé: 02.08.2012, 12h21

Sondage

Le passage à l'heure d'hiver, c'est le 26 octobre prochain. Ça vous dérange?