Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 21:18

Tourisme Des vidéos sexy pour attirer les Alémaniques

Les hôteliers du Nord vaudois veulent attirer les voyageurs d'outre-Sarine via deux spots vidéo qui vendent du rêve. Chercher le buzz pour vendre une destination: une pratique de plus en plus courante.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un randonneur subjugué par une nymphe ou une cycliste envoûtée par un Apollon à cheval. Le rêve absolu avant un réveil brutal. Pour faire la promotion de la région auprès des touristes suisse-allemands, la section Yverdon-les-Bains région, Broye et Vallée de Joux de l'Association Romande des Hôteliers (ARH) lance deux spots humoristiques de 55 secondes. Les voyageurs d'outre-Sarine sont invités à séjourner deux nuits dans cette région qui vend du rêve.

«Nous voulions frapper fort sur Internet, l'agence de communication (ndlr: franz&rené) nous a alors conseillé de réaliser des spots décalés», relève Françoise Guilloud, présidente de cette section. S'il n'est pas encore possible de mesurer l'impact de cette campagne publicitaire de 50'000 francs, le projet a le mérite d'insinuer un peu de fraîcheur dans la promotion touristique.

Opter pour un ton original

La volonté de se démarquer des campagnes classiques, avec des familles souriantes en extase devant des paysages de carte postale, prend d'ailleurs toujours plus d'ampleur. La raison? La recherche du buzz sur la toile. Une méthode qui n'a pas son pareil pour faire parler se soi à moindre coût d'une région.

En 2006, Suisse Tourisme a défriché le terrain avec son spot publicitaire qui invite les femmes à venir fouler le sol de ce pays où les attendent de beaux éphèbes. Objectif: attirer en Suisse toutes les femmes désireuses de fuir la fièvre du Mondial de football, qui se jouait cette année là en Allemagne.

Le web, une poule aux oeufs d'or

Depuis, plusieurs offices du tourisme ont décidé de promouvoir leur région via des campagnes publicitaires plus ou moins décalées et réussies. En octobre 2011, le nom de Crans-Montana est sur tous les médias. La campagne «Gold fever», menée par l'agence de communication Numéro 10, dupe tout le monde.

Via la mise en scène bien orchestrée de la découverte d'une pépite d'or de 130 grammes et l'engagement de blogueurs internationaux pour propager la nouvelle, la station crée rapidement le buzz.

Trouver le bon dosage

«La propagande» n'est pas toujours aussi fulgurante. En 2010, le Jura publie trois petits spots de 40 secondes destinés à vanter les charmes de la région. Le ton comme la finesse varie entre les vidéos. Mais les clics ne sont pas au rendez-vous. Même constat pour le clip de Sion Tourisme lancé en janvier 2012, et dans lequel un homme nu se balade dans la ville pour faire ses achats et profiter d'une terrasse. La volonté de séduire les touristes en jouant sur le registre érotique s’apparente parfois à un flop.

Il n'est pas toujours évident de doser la métaphore avec justesse. La lourdeur n'est jamais loin. Cette année, le Jura français en a fait l'amère expérience avec ses spots audio jugés sexistes par les féministes des Chiennes de garde et de nombreux internautes. Il ne suffit pas d'un ton décalé pour «buzzer». (nxp)

(Créé: 20.06.2012, 15h27)

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.