ACCUEIL 2.7.2020 Mis à jour à 14h31

Football Reto Ziegler: «Être sur le banc, c'est nul»

Resté sans la moindre minute de jeu, Reto Ziegler a vécu une Coupe du monde depuis la touche. De retour du Brésil, le Vaudois en conçoit une frustration légitime.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est l’histoire d’un homme doué de 28 ans qui revient du Brésil, de la Coupe du monde à laquelle il a même participé mais qu’il n’a, dans la réalité, pas disputée.

Quatre ans après avoir vécu le Mondial sud-africain sur la pelouse – à l’époque, il avait été titularisé lors des trois matches de l’équipe nationale, allant jusqu’à jouer l’intégralité des 270 minutes de jeu –, Reto Ziegler n’a fait cette fois que chauffer le banc. Alors forcément, au moment du bilan et du retour au pays, les souvenirs qu’il en garde ne sont forcément pas les mêmes.

Car il y a la Coupe du monde de ceux qui (la) jouent; et celle de ceux qui regardent les copains jouer jusqu’à en choper le blues… «Vivre une Coupe du monde depuis le banc, ce n’est pas très marrant, reconnaît le Vaudois. Sportivement, être sur le banc, ne pas pouvoir jouer, c’est même nul. Il y a beaucoup de frustration, c’est logique. Un joueur est fait pour jouer, surtout quand il se sent au top, comme c’était mon cas. Je peux dire que j’ai été au Brésil. Mais je ne peux pas dire que j’y ai disputé une Coupe du monde.»

Il a gagné tous les matches amicaux face à l'équipe A

Irréprochable autant au niveau de son investissement que celui de son état d’esprit, le défenseur a pourtant tout fait comme les autres, s’est investi autant que les autres sans jamais connaître la lumière des projecteurs. Outre le cas très particulier des gardiens remplaçants, condamnés généralement à l’inactivité (sauf blessure ou expulsion du No 1), il est le seul joueur de champ – avec Barnetta et le «blessé» Gavranovic – à n’avoir pas été utilisés par Hitzfeld dans le cas présent.

Barré par Rodriguez, le pourtant polyvalent Ziegler – il peut évoluer dans trois positions différentes au moins – s’est pourtant plusieurs fois répété qu’il allait entrer, ce qui aurait pu être le cas contre le Honduras (afin de garder le score) ou encore lors des prolongations contre l’Argentine. «Je me console en me disant que je n’ai pas perdu un seul match à l’entraînement, y compris contre l’équipe A, celle des titulaires! (Rires.)»

En arrivant le 7 juin à Porto Seguro, l’habitant de Gland ne se faisait en réalité guère trop d’illusions sur ce qui l’attendait. «Simplement parce que je ne faisais pas partie du projet depuis le départ, explique-t-il. Avant le match amical contre la Jamaïque déjà (ndlr: remporté 1-0 par la Suisse à Lucerne le 30 mai), le sélectionneur m’avait dit que je n’allais pas jouer au Brésil, qu’il avait son équipe en tête.» Seul un carton rouge aurait pu lui offrir des secondes de jeu.

Sous contrat avec la Juventus

Compte tenu des efforts consentis pour être du voyage, Reto Ziegler va-t-il jusqu’à regretter d’avoir été retenu dans la liste des 23 – juste pour faire le nombre finalement? «Non, quand même pas, répond-il. C’est extraordinaire d’avoir pu aller au Brésil. J’y ai ressenti la vraie passion du foot de tout un peuple. Ça, c’est vraiment génial à vivre. Le reste, je vais vite l’oublier…» L’arrivée de Petkovic sur le banc permettra de redistribuer quelques cartes. «Hitzfeld nous a dit qu’à la longue, un coach s’appuyait toujours sur la même hiérarchie…» Dans son for intérieur, le latéral gauche oublié n’a pu qu’acquiescer.

Depuis le chaleureux accueil au Hallenstadion zurichois, puis le retour, en train, jusqu’à Lausanne et la maison parentale, le Vaudois est en vacances. Le 19 juillet, il reprendra l’entraînement avec la Juventus, à qui il appartient depuis 2011. Après des prêts successifs à Fenerbahçe (deux fois), au Lokomotiv Moscou et à Sassuolo, un nouveau «placement» est vraisemblable. Des discussions ont déjà commencé d’ailleurs – «mais, précise Ziegler, je ne suis pas stressé ni pressé. Que cela soit la ville, le club, le projet, l’entraîneur, il faut que tout me plaise…»

Plus en tout cas que ce qu’il a vécu au Brésil, depuis le banc.

Créé: 07.07.2014, 11h24

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.