Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 15:32

Genève/Salon de l'auto Hispano-Suiza ou l'art du néo-retro

La marque espagnole, disparue depuis les années 1960, tente un retour avec la Carmen. Une supercar électrique de 1'000 chevaux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le luxueux modèle Carmen de la marque espagnole Hispano-Suiza, célèbre il y a une centaine d'années notamment grâce à un ingénieur suisse auquel elle doit une partie de son nom, fait un retour remarqué à l'occasion du 89e Salon de l'automobile à Genève. Ce bolide 100% électrique intrigue à la fois les nostalgiques et les amateurs modernes de sensations fortes.

Il faut moins de 3 secondes à Carmen pour passer de 0 à 100 km/h. L'autonomie de sa batterie est de 400 km. Cette «supercar» au style néo-retro - avec un intérieur fait main et une carrosserie aux matériaux high-tech - sera produite à 19 exemplaires à Barcelone entre fin 2019 et 2021. Sa présentation à Genève marque la renaissance d'une marque autrefois prestigieuse.

«Hispano-Suiza s'est fait connaître notamment comme voiture de luxe du couple royal espagnol» (dans l'entre-deux-guerres), souligne une responsable au stand de la marque à Genève. La réplique presque centenaire d'un ancestral modèle noir exposée à Palexpo côtoie, dans un contraste détonant, la surpuissante Carmen grise dont les deux moteurs électriques délivrent plus de 1000 chevaux aux roues arrière.

Inspiré d'un modèle de 1938/b>

Le design de cette «supercar» s'inspire du reste du modèle Hispano-Suiza H6C Dubonnet Xenia - gris lui aussi - de 1938, un étrange mélange des genres. Carmen n'est pas à portée de toutes les bourses: 1,5 million d'euros (près de 1,8 million de francs). «Nous espérons trouver une clientèle parmi les collectionneurs des vieux modèles», explique l'employée du stand.

Hormis le nom, Hispano-Suiza n'a plus rien de Suisse aujourd'hui mais elle doit une fière chandelle à un ingénieur genevois parti s'installer en Catalogne en 1899, Marc Birkigt. Il a fondé la marque cinq ans plus tard, à l'âge de 26 ans, avec deux entrepreneurs espagnols.

Hispano-Suiza a non seulement produit des voitures de luxe pendant la guerre civile espagnole mais aussi des moteurs d'avions durant la Première Guerre mondiale et des avions de chasse.

La venue de la marque devant le public du Salon indique une forme de retour aux sources, eu égard aux origines de son cofondateur genevois, et l'idée que la Suisse, bien que dépourvue de constructeur automobile et de circuit de courses, garde des liens assez étroits avec l'univers des quatre-roues. (ats/nxp)

Créé: 14.03.2019, 11h27

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.