Mercredi 24 octobre 2018 | Dernière mise à jour 03:59

Automobile Dieselgate: Volkswagen veut bloquer une expertise

Le constructeur allemand ne veut pas d'une étude réclamée par les petits actionnaires pour établir les responsabilités dans le scandale des tests truqués.

Volkswagen est empêtré dans le Dieselgate depuis septembre 2015.

Volkswagen est empêtré dans le Dieselgate depuis septembre 2015. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le constructeur Volkswagen s'est pourvu en justice pour bloquer une expertise voulue par de petits actionnaires pour établir les responsabilités réelles de la direction de l'entreprise dans le scandale du diesel, a appris vendredi l'AFP.

La Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe, vers laquelle Volkswagen s'est tournée, lui a cependant infligé une première défaite en refusant sa demande de référé d'urgence visant à bloquer le début des travaux d'expertise, selon une première décision prise le 20 décembre et rendue publique vendredi.

Une porte-parole de la Cour n'était pas en mesure de préciser quand la juridiction allait se pencher sur le fond de l'affaire.

Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et les radios régionales NDR et WDR, le constructeur estime que ses droits fondamentaux ont été violés lorsque le tribunal de Celle (ouest) a autorisé en novembre l'expertise réclamée par l'Association allemande pour la protection des actionnaires minoritaires (DSW).

Cette dernière veut savoir si les membres de la direction et du conseil de surveillance de VW ont violé la loi dans le cadre de la manipulation d'un logiciel opérée sur 11 millions de véhicules dans le monde afin de les faire paraître moins polluants.

Enquêtes pénales

Sollicité par l'AFP, Volkswagen a confirmé à son tour le dépôt de la requête mais a refusé de s'exprimer davantage. «Volkswagen a déjà employé de grands moyens pour élucider des faits», a estimé un porte-parole de VW. Il en veut pour preuve l'audit très détaillé mené par le cabinet d'avocats américain Jones Day et qui a été diligenté par la justice américaine, avec laquelle le groupe a eu fortement maille à partir.

Sur la base de ces travaux, le département de la Justice (DoJ) américain avait publié début janvier un exposé des faits au moment où VW acceptait de payer une lourde amende en plaidant coupable de fraude. Mais aucun des hauts responsables de l'entreprise n'a été inquiété.

En Allemagne, le constructeur fait l'objet de plusieurs enquêtes pénales et son ancien PDG, Martin Winterkorn, est visé dans l'un des volets de ce scandale. (ats/nxp)

Créé: 29.12.2017, 13h56

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.