Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 22:59

Automobile Les moteurs diesels ont encore de l'avenir

Le patron du groupe Daimler soutient que les moteurs fonctionnant au diesel ne font pas encore partie du passé.

Pour Dieter Zetsche, le diesel a encore de l'avenir pour les grosses voitures.

Pour Dieter Zetsche, le diesel a encore de l'avenir pour les grosses voitures. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les moteurs diesels ont encore de l'avenir pour les grosses voitures car ils sont devenus presque aussi propres que les moteurs essence, même si leurs coûts ont augmenté, a affirmé mercredi le patron de Daimler, Dieter Zetsche, au Mondial de l'auto à Paris.

Avec les moteurs diesels les plus récents, «nous sommes quasi à des niveaux similaires d'émissions, pas identiques, mais très proches», a déclaré le patron du groupe automobile allemand (marques Mercedes, Smart).

«Au-delà de toute idéologie, désormais c'est une pure question économique», a-t-il poursuivi, lors d'une conférence de presse commune avec Carlos Ghosn, patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

«Les moteurs diesels sont devenus plus chers» en raison des développements nécessaires pour leur dépollution, donc «la question est aujourd'hui de savoir si c'est rentable pour les clients et pour les constructeurs», a expliqué M. Zetsche.

Une question de secteur

«Dans les segments d'entrée de gamme, c'est plus difficile d'avoir un business rentable» avec le diesel, mais «dans les segments supérieurs, dans les voitures plus grosses, il est évident qu'il y a un bénéfice économique pour les clients et les compagnies» ainsi qu'un avantage pour la société car les émissions de CO2 des moteurs diesels sont inférieures à celles des moteurs essence, a-t-il ajouté.

«C'est pourquoi je suis complètement certain que les moteurs diesels auront un avenir, même si ce n'est pas dans tous les segments», a-t-il conclu.

M. Ghosn a indiqué être en total accord avec M. Zetsche sur ce point. Les deux groupes sont partenaires depuis neuf ans et partagent des composants, notamment certains moteurs d'origine Renault qui équipent des modèles Mercedes.

«Il y a de nombreux segments où le diesel aura un avenir, les utilitaires légers ainsi que les segments supérieurs» de voitures particulières, a déclaré le dirigeant de Renault-Nissan-Mitsubishi.

«Nous sommes beaucoup plus touchés» que Daimler par le déclin du diesel, «parce que nous sommes beaucoup plus engagés dans les segments d'entrée et de moyenne gamme, où ce qui se produit en matière de régulation est une quasi-condamnation à mort du diesel à relativement court terme», a-t-il dit, en soulignant que son groupe allait réduire son exposition à cette technologie. «Nous sommes heureux d'avoir investi depuis 2009 dans les voitures électriques», a-t-il ajouté. (ats/nxp)

Créé: 03.10.2018, 15h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.