Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 11:32

Suisse L'e-mobilité séduit, les e-motos restent à la traîne

Les scooters électriques ont réussi leur percée en Suisse, contrairement aux motos électriques, qui souffrent d'un différentiel de performance et de prix.

Les motos à moteur thermique ont encore de beaux jours devant elles.

Les motos à moteur thermique ont encore de beaux jours devant elles. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que dans la plupart des segments de la mobilité - voitures, vélos, trottinettes, scooters - les ventes de véhicules à propulsion électrique explosent en Suisse, elles patinent quand il s'agit des motos. Les professionnels expliquent ce manque d'engouement par le différentiel de performance et de prix.

Au premier semestre 2019, la part de marché des motos et des scooters électriques est ressortie à respectivement 0,5% et 6,6% d'après les chiffres publiés par l'association faîtière des importateurs moto-suisse.

Vocation utilitaire et urbaine des scooters

Sur un total de près de 26'000 véhicules écoulés, alors que les ventes de scooters ont bondi de plus d'un tiers ( 34,6%) sur un an, à 592 unités, celles de motos électriques ont quasi stagné à 76. Si la dynamique semble s'être quelque peu accélérée en juillet, le segment reste marginal en chiffres absolus avec à peine 103 motos vendues.

«La construction d'une moto est très différente de celle d'un scooter», explique Markus Lehner, directeur de l'Office suisse moto et scooter (OSMS), soulignant la vocation utilitaire et urbaine des scooters et leur utilisation essentiellement sur des courtes distances. Au contraire, «la moto est un instrument de loisir destiné à des passionnés et pour des distances beaucoup plus longues».

Sur le segment des motos électriques, les acteurs se comptent sur les doigts d'une main. En plus de deux petits constructeurs ancrés dans ce marché - Energica et Zero (voir encadré) - l'autrichien KTM propose quelques rares modèles destinés à l'utilisation hors piste ou pour les enfants.

Harley aux électrons

En juillet, l'emblématique constructeur étasunien Harley-Davidson a présenté à la presse spécialisée son premier modèle électrique. Baptisé Livewire, l'engin développe une puissance d'un peu plus de 100 chevaux (78 kW) et revendique une autonomie de 235 km en usage urbain et 152 km en usage mixte.

Toutefois, selon Markus Lehner, le dernier-né de la firme de Milwaukee n'a pas vocation à devenir un véhicule pour le grand public. Pour lui, il s'agit avant tout d'une «construction avant-gardiste destinée à démontrer les capacités techniques (de Harley)».

Proposée à plus de 36'000 francs prix catalogue, la Livewire, qui devrait être disponible dans les concessions helvétiques dès la fin du mois, s'adresse à une clientèle triée sur le volet. Mais outre la question du prix, les motos électriques souffrent d'un manque de maturité technique.

Pas de solution proche

A titre de comparaison, le spécialiste de l'OSMS évoque la référence automobile en la matière. «Dans une voiture Tesla, d'une longueur de cinq mètres, la batterie pèse à peu près une tonne», fait-il valoir, soulignant que la longueur d'une moto moderne tourne en moyenne autour de deux mètres pour un poids total avoisinant les 200 kg.

Selon lui, il faudra encore des années avant que les constructeurs parviennent à trouver des solutions pour proposer des modèles électriques dont le niveau de performance et de prix sera compétitif avec leurs homologues à combustion, susceptibles d'être «acceptés par le marché et les clients». (ats/nxp)

Créé: 09.08.2019, 14h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.