Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 18:58

Renault-Nissan Paris dément avoir proposé une fusion à Tokyo

Des médias japonais avaient affirmé que Renault et Nissan allaient fusionner. Le ministre français Bruno Le Maire a démenti ces informations.

Bruno Le Maire, ministre français de l'Economie, a démenti tout scénario de fusion.

Bruno Le Maire, ministre français de l'Economie, a démenti tout scénario de fusion. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a démenti avec vigueur dimanche des informations de médias japonais selon lesquels des représentants de l'Etat français auraient plaidé cette semaine à Tokyo pour une fusion entre Renault et Nissan.

Le scénario d'une fusion entre les deux constructeurs automobiles «n'est pas sur la table», a affirmé M. Le Maire devant la presse lors d'un déplacement dimanche au Caire.

L'Etat français, actionnaire de Renault, est «attaché au bon fonctionnement» et à la «pérennité» de l'alliance existante entre Renault et Nissan. «C'est ce que nous avons toujours indiqué aux autorités japonaises», a-t-il ajouté.

«Ce qui est sur la table aujourd'hui, c'est la gouvernance de Renault.» Celle-ci devra être «solide, stable, pérenne» et devrait être «mise en place par le conseil d'administration (du groupe français, NDLR) dans les prochains jours», a encore souligné M. Le Maire.

Une fusion selon les médias japonais

Plus tôt dans la journée, le quotidien économique japonais Nikkei et l'agence de presse Kyodo avaient affirmé qu'une délégation française, en visite cette semaine à Tokyo, avait plaidé pour une fusion des deux groupes, dont l'avenir de l'alliance est devenue incertain depuis l'arrestation au Japon de Carlos Ghosn il y a deux mois.

La piste d'une fusion aurait les faveurs du président français Emmanuel Macron, avait même affirmé Kyodo. Quant au Nikkei, il avait également indiqué que Renault souhaitait nommer le prochain président de Nissan.

Le constructeur automobile japonais est opposé à donner une plus grande influence à Paris sur son devenir, selon le Nikkei. Contacté par l'AFP, Nissan s'est refusé à tout commentaire.

Besoin d'une gouvernance «solide»

Renault contrôle 43% de Nissan, qu'il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans. Nissan possède par ailleurs 34% de Mitsubishi Motors, dernier venu dans l'alliance née en 1999.

L'Etat français est pour sa part le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% du capital et quelque 22% des droits de vote. Nissan détient 15% des actions du groupe au losange, mais sans droits de vote en assemblée générale.

Une remise à plat de cet édifice subtil, dont Carlos Ghosn était la clef de voûte, pourrait signifier une perte d'influence de Renault dans l'alliance. Celle-ci est devenue numéro un mondial de l'automobile en 2017 avec 10,6 millions de véhicules vendus, dont 3,76 millions pour Renault et 5,81 millions pour Nissan.

Certains au sein du constructeur japonais estiment que la structure actuelle de l'alliance ne traduit pas le véritable poids de leur entreprise au sein du partenariat, statutairement dirigé, qui plus est, par un représentant de Renault.

L'affaire Carlos Ghosn laisse des traces

Depuis la chute de M. Ghosn, Renault et Nissan se livrent à une guerre de communication pour faire valoir leurs points de vue respectifs.

Dimanche à Tokyo, le comité spécial pour améliorer la gouvernance de Nissan, mis en place dans la foulée de l'affaire Carlos Ghosn - inculpé pour abus de confiance et autres malversations financières -, a pointé «la concentration des pouvoirs» comme principal problème.

L'Etat français a lâché cette semaine le grand patron franco-libano-brésilien et demandé la nomination d'un successeur dans les prochains jours à la tête de Renault.

«Le principe de la présomption d'innocence doit s'appliquer» à l'égard de M. Ghosn, a rappelé M. Le Maire dans le JDD, alors que l'épouse du célèbre patron, Carole Ghosn, a récemment écrit à M. Macron pour lui demander de s'assurer de son droit à un «procès équitable», selon l'hebdomadaire français.

Mais au-delà du cas individuel de M. Ghosn, «il y a aussi les intérêts de Renault et de l'alliance. Une entreprise de cette envergure a besoin d'une gouvernance solide et stable», a justifié M. Le Maire.

Détenu au Japon depuis le 19 novembre, Carlos Ghosn devrait donc bientôt perdre son dernier titre, celui de PDG de Renault, Nissan et Mitsubishi l'ayant révoqué du poste de président du conseil d'administration dès la fin novembre. (afp/nxp)

Créé: 20.01.2019, 18h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.