Mercredi 24 avril 2019 | Dernière mise à jour 21:32

Japon Le procès de Ghosn peut-être à l'automne

Carlos Ghosn, qui était à la tête de Renault depuis 2005, a démissionné de son poste fin janvier, soupçonné d'abus de confiance.

Carlos Ghosn, de la gloire à la déchéance.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès du patron déchu de Renault, Carlos Ghosn, pourrait se tenir cet automne à Tokyo. Un tribunal de la capitale japonaise a fixé une première audience au 23 mai, a indiqué un de ses avocats. L'affaire pourrait être traitée quelques mois plus tard.

Carlos Ghosn, qui était à la tête de Renault depuis 2005, a démissionné de son poste fin janvier. Il avait été démis de la présidence de Nissan et Mitsubishi dès les premières révélations. Arrêté en novembre dernier, il est soupçonné d'abus de confiance et de minoration de revenus dans les déclarations aux autorités boursières de 2010 à 2018.

Après plusieurs prolongations de sa détention, il a été libéré sous caution au début du mois de mars. Il maintient être innocent et affirme que Nissan l'a utilisé pour des raisons politiques. Les Japonais ne souhaiteraient notamment pas de fusion avec Renault et voudraient revoir l'influence du constructeur français dans l'alliance. (ats/nxp)

Créé: 20.03.2019, 12h29

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.