Lundi 24 février 2020 | Dernière mise à jour 13:36

People Salon de l'auto 2017: tranches de vie au volant

Tradition oblige, les ambassadeurs des marques apportent une touche de glamour au Salon. Rencontres.

Laura Juliano


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Christa Rigozzi, ancienne Miss Suisse (Seat): «Je fais encore plus attention aux autres sur la route et à la sécurité.»

(Photo: Sébastien Anex)

Deux mois de congé maternité et hop, c’est reparti sur les chapeaux de roue pour l’ancienne Miss Suisse Christa Rigozzi! Ses deux petites filles, Alissa et Zoe, nées le 31 décembre 2016, sont restées hier avec leur papa, Giovanni, au Tessin. «Contrairement à ce que les gens pensent, nous n’avons pas de nounou», confie-t-elle, entre deux bisous de félicitations reçus sur le stand de Seat.

Le couple, très actif sur les réseaux sociaux, a fait le choix de ne pas les exposer. «On souhaite qu’elles grandissent le plus normalement possible», continue Christa, qui compte leur transmettre des valeurs tels que l’amitié et le respect d’autrui. Tout ce que l’on peut vous dire, c’est qu’elles sont craquantes à souhait! «Alissa ressemble à Giovanni, mais, pour le caractère, elle a le mien. Zoe me ressemble plus, mais elle a le caractère de son papa. Des deux, c’est Alissa le chef, c’est elle qui décide de tout.»

Avec cette maternité, Christa Rigozzi a adapté sa manière de conduire: «Je fais encore plus attention aux autres sur la route et à la sécurité.» À bord, ses petites passagères sont généralement zen et dorment durant la plupart des déplacements. Elles ont reçu à leur naissance de nombreux jouets, notamment deux petites voitures cabriolets offertes par la marque que Christa représente. «Ce n’est que le début du bonheur avec elles, je me réjouis de les voir grandir.»

Gilbert Gress, ancien entraîneur de football (Hyundai): «Je klaxonne beaucoup»

(Photo: Sébastien Anex)

Parti à 7 h de Neuchâtel, Gilbert Gress est arrivé au Salon à 12 h 10. Et de nous embarquer dans une histoire de problèmes de parking et de temps perdu pour faire 300 mètres autour de Palexpo. Pour 2018, il nous a promis d’apprendre à monter dans un train. Tout cela pour dévier ensuite la conversation sur son manteau, un cadeau de son épouse. «Elle a du goût, la preuve, elle m’a choisi», dit-il avec de la tendresse dans la voix. Au volant, l’ancien entraîneur de Neuchâtel Xamax se décrit comme un impatient qui ne supporte pas les gens qui prennent trop de temps pour démarrer après un feu rouge. «Ma femme me dit que je klaxonne beaucoup.»

Matthias Glarner, roi de la lutte suisse (Opel): «Je reste toujours calme»

(Photo: Sébastien Anex)

Il ne s’impose jamais par la force sur la route, au contraire de ce qui se passe dès qu’il est dans un rond de sciure. Le roi de la lutte suisse titré à Estavayer l’été dernier fait très attention à la sécurité et ne dépasse pas les limites de vitesse. «Je reste calme quoi qu’il arrive.» En général, Matthias Glarner aime les voitures, mais pas au point d’aller au tunnel de lavage. «C’est ma compagne qui s’occupe de cela et je n’insiste pas pour participer», lâche-t-il dans un sourire. Lequel des deux est le plus à l’aise au volant? «Elle dit toujours que c’est elle, je ne la contredis pas.»

Marc Sway, chanteur (Volvo): «J’ai besoin de musique à bord»

(Photo: Sébastien Anex)

Chez Volvo hier, l’événement a été la présentation de la nouvelle XC60, un SUV qui a immédiatement conquis le chanteur Marc Sway. Sauf qu’il s’est habitué au modèle plus grand de la gamme, famille oblige. «La XC60 est très réussie et pourrait être ma voiture idéale, mais pas tout de suite, j’ai toujours beaucoup de matériel pour les concerts.» Marc Sway cherche parfois l’inspiration à bord: «J’ai besoin d’avoir de la musique et parfois le rythme a une influence sur ma vitesse.»

Mark Webber, ancien pilote de formule 1 (Porsche): «Ne rien faire m’aurait ennuyé»

(Photo: Sébastien Anex)

Sur le stand, Mark Webber demande si on veut partir avec la 911 GT3 pour une balade, mais, attention, il n’a aucune patience quand il est sur le siège passager! «Je crois que j’aurais eu peur avec vous», ajoute-t-il, un peu taquin. Retraité de la formule 1 et des courses d’endurance, il sera néanmoins aux prochaines 24 Heures du Mans pour le tour de chauffe. «Je me réjouis, cela sera plus relax. Mon cœur sera pour l’équipe Porsche.» Consultant pour la marque, l’Australien est heureux de sa reconversion. «Ne rien faire m’aurait ennuyé. J’ai besoin de rester actif et surtout d’apprendre de nouvelles choses. J’ai 40 ans, mais je suis toujours un gamin dans mon cœur et je m’éclate en faisant du VTT et du pilotage d’hélicoptère. C’est bon pour travailler la concentration. J’aime aussi travailler sur le développement des voitures. Venir ici à Genève est vraiment un honneur.»

A-t-il transmis sa passion pour les voitures au fils de sa compagne? «Non, pas du tout, il est plus intéressé par d’autres sports, même s’il connaît bien le monde automobile.»

Bernhard Russi, ancien champion de ski (Subaru): «Pas fan des nouvelles couleurs»

(Photo: Sébastien Anex)

En août 1978, Bernhard Russi aurait dû conclure un partenariat chez Jaguar, mais, à la dernière minute, Walter Frey lui montre une Subaru et c’est le coup de foudre. «Elle correspondait plus à mon style de vie et cela n’a jamais changé. D’ailleurs j’ai un contrat à vie», explique l’ancien champion de ski. Pour dompter la neige également sur la route, il conseille de faire des essais sur une place sans obstacles afin de tester les freins et les réactions de la voiture. Au Salon, il observe avec un regard mitigé les nouvelles couleurs des véhicules. «Moi, j’aime le bleu, cela se voit, non?»

Créé: 08.03.2017, 10h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.