Mardi 21 novembre 2017 | Dernière mise à jour 16:26

Success story Plus rien ne semble devoir arrêter la Škoda Octavia!

La berline de Mlada Boleslav faisait déjà des étincelles sur la route. Voilà aujourd’hui qu’elle s’aventure hors des sentiers battus. Voire sur circuit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Non contente d’avoir failli faire chuter de son trône Sa Majesté VW Golf en personne l’an dernier (il s’est vendu 11 721 Octavia en Suisse contre… 11 988 Golf, en 2016), non contente d’occuper solidement la première place des ventes en 2017 (2517 Octavia contre «seulement» 1852 Golf vendues au 31 mars), la Škoda Octavia 2018 s’est offert un lifting.

Pour l’avoir essayée, dans une version «standard», au mois de février dernier au Portugal, on l’avait trouvée «rafraîchie». Mais pas franchement révolutionnée. Certes, la cuvée 2018 est encore un peu plus «léchée», l’équipement plus soigné, la dotation de base un peu plus riche mais, hormis le nouveau design de ses phares avant – désormais «découpés» en deux parties – rien de franchement révolutionnaire: l’Octavia était et reste une excellente voiture.

Mais ça, c’était avant… Avant cette petite escapade, en fin de semaine dernière, en Autriche – au Driving Camp de Pachfurth, plus précisément – à l’occasion de laquelle, il nous a été donné de faire plus ample connaissance avec deux nouvelles déclinaisons 2018 du best-seller tchèque: l’Octavia RS et l’Octavia Scout.

Sport et tout-chemin

Comme son nom l’indique, la seconde est une version «tout-chemin» de la berline. Châssis rehaussé de 3 cm, passages de roues protégés par un plastique noir, la belle se donne des airs de baroudeuse. Un petit test «dans le terrain» a pu nous convaincre de ses capacités. Ce n’est évidemment pas une concurrente pour un Range Rover. Mais il n’empêche que, dans des passages escarpés, un petit «tour de manège» sur un plan incliné assez impressionnant et un endroit où elle devait effectuer un vrai croisement de pont, l’Octavia s’est tirée haut la main des chausse-trappes semées devant ses roues. Mieux: elle s’est acquittée d’une vertigineuse descente sur sable et pierres par la seule grâce de son dispositif d’assistance à la descente. Sans que l’on actionne une seule fois les freins, elle a géré, comme une grande, tous les paramètres d’adhérence pour nous amener à bon port. Respectable, mention très bien!

Et puis, évidemment, petite touche de crème sur le strudel aux pommes, il y avait «la» RS! La RS? Une version boostée de l’Octavia, dont le moteur TSI essence gagne 10 chevaux, à 230 chevaux, tandis que le bloc TDI diesel culmine, lui, à 184 chevaux. Pour les mettre à l’épreuve, trois terrains de jeux. Dans le premier, on pouvait soumettre la belle à un slalom à haute vitesse. Histoire d’apprécier la qualité du châssis. Mention bien pour les versions à traction avant, mention excellent pour la version 4x4 (diesel uniquement). On a «attaqué» les cônes à des vitesses que, normalement, on n’est pas supposé atteindre sur la route. La 4x4 n’a pas bronché, tandis que la version traction a fini par se déhancher brutalement de l’arrière, sur la toute fin de parcours. Et encore: uniquement parce qu’on avait… débranché toutes les assistances. Question stabilité: carton plein!

Ensuite, un «départ arrêté». L’exercice le moins convaincant, surtout vu l’état glissant de la chaussée inondée par une petite pluie autrichienne aussi froide qu’insistante. Mais qui, franchement, irait essayer de faire sauter le chrono avec une Octavia, fût-elle RS? Enfin, une épreuve de maniabilité sur surface lisse mouillée, offrant à peu près les conditions d’adhérence de la neige gelée, où il convenait d’éviter des obstacles surgissant à l’improviste! Parfait pour la 4x4, très bien pour la traction avant.

Le clou de la journée? Quelques «tours rapides», sur un petit circuit, avec la diesel 4x4 – impressionnante de grip et de relance – puis de la traction essence de 230 ch. Bien plus joueuse et marrante mais, au final, moins «efficace». À cause des interminables parties de glisse qui nous ont, en revanche, collé un sourire XXL sur le visage! (Le Matin)

Créé: 16.04.2017, 09h53


Sondage

Faut-il lever l’interdiction d’adopter faite aux homosexuels?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.