Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 00:38

Show Elon Musk se plante en testant la solidité de son pick-up

Lors de la présentation de son futur «Cybertruck» 100% électrique, le PDG de Tesla a voulu démontrer la robustesse de son engin. Raté!

Elon Musk n'a pas pu s'empêcher d'exprimer une «légère» contrariété lors de l'envoi de boules d'aciers pour tester la robustesse de son «cybertruck», jeudi soir à Los Angeles.
Vidéo: AFP

Comparatif de prix


comparer maintenant

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Moitié véhicule blindé, moitié avion furtif, Elon Musk a dévoilé jeudi soir près de Los Angeles un étrange engin recouvert d'inox mat pour l'instant baptisé «cybertruck», qu'il a présenté comme le futur pick-up 100% électrique qui sera prochainement produit par sa firme Tesla.

«Il ne ressemble à rien d'autre», a résumé en souriant le PDG de Tesla, désignant le pick-up massif aux lignes angulaires lors d'un show soigneusement orchestré dans le centre de design du constructeur à Hawthorne (Californie), un spectacle aux accents futuristes qui a parfois pris un tour surréaliste.

A défaut d'arborer un design élégant, le «cybertruck» affiche sur le papier des performances impressionnantes, abondamment vantées par Elon Musk avec des démonstrations impliquant des coups de masse, des jets de boules en acier voire des tirs de balles de calibre 9 mm (enregistrés sur vidéo) pour prouver la solidité de l'engin. Sur scène deux vitres ont néanmoins été enfoncées par les boules d'acier projetée par un assistant à la grande contrariété du bouillonnant patron de Tesla, qui a vainement tenté de faire comme si de rien n'était.

«C'est littéralement résistant aux balles de pistolet calibre 9 mm», a assuré Elon Musk. «C'est un alliage en acier inoxydable ultrarésistant que nous avons développé. Nous allons utiliser le même alliage pour la fusée spatiale que pour le cybertruck », a-t-il lancé en référence à l'activité de SpaceX, dont il est aussi le fondateur et le Pdg. Le futur pick-up de Tesla aura six places, pourra emporter plus de 1,5 tonne et sera capable de tracter 7 tonnes, a-t-il détaillé.

Le «cybertruck» sera décliné en trois modèles, 39 900 dollars (39 645 francs suisse) et 400 km d'autonomie pour l'entrée de gamme, jusqu'à 69 900 (69 453 francs suisse) et 800 km d'autonomie annoncée pour le modèle supérieur. Et il pourra passer de 0 à 100 km/h en environ trois secondes, s'est réjoui le fantasque patron de Tesla.

Elon Musk avait promis que son fameux pick-up coûterait moins de 50'000 dollars (49 680), un prix dans la moyenne pour cette catégorie de véhicules, et qu'il surpasserait les performances du Ford F-150, numéro un aux États-Unis sur ce segment depuis longtemps.

«Blade Runner» et James Bond

Le modèle présenté jeudi soir n'a vraiment rien de classique et Elon Musk avait d'ailleurs prévenu, parlant d'une allure «futuriste» et «cyberpunk» inspirée par «Blade Runner», le film de science-fiction de Ridley Scott, dont la scène d'ouverture est censée se dérouler en novembre 2019. Peu avant le spectacle, le PDG de Tesla avait aussi fait référence sur Twitter à la célèbre Lotus Esprit amphibie de James Bond dans «L'Espion qui m'aimait».

Certains experts estiment que le pick-up électrique Tesla aura du mal à séduire la clientèle traditionnelle pour ce type d'engins. «Même si le pick-up de Tesla ne séduit pas les amateurs habituels du F-150, il n'en a pas forcément besoin», relevait Jessica Caldwell, directrice de la prospective pour le guide automobile Edmunds, dans une déclaration transmise à l'AFP avant la présentation.

«Si le pick-up Tesla n'était pas un peu polémique, ça ne serait pas une Tesla», estime-t-elle. «Le fait que ce pick-up se détache de la norme sera considéré comme un atout, pas un défaut» pour les fans de Tesla et ceux qui aiment la technologie, abonde Karl Brauer, responsable des sites spécialisés Kelley Blue Book et Autotrader. L'autonomie restera toutefois pour lui un facteur clef. «Il y a pire que de tomber à court d'énergie, c'est tomber à court d'énergie loin de toute civilisation, là où les pick-ups sont souvent employés», note l'expert.

Aucune date précise n'a été communiquée pour sa mise sur le marché mais les analystes estiment que ce pick-up de Tesla ne pourra pas sortir des usines avant fin 2021 au plus tôt. Il ne serait donc pas le premier véhicule du genre à entrer en circulation aux États-Unis, la start-up Rivian (dans laquelle Ford a lourdement investi, de même qu'Amazon) ayant de bonnes chances de la devancer avec son R1T.

Les pick-up et les SUV figurent parmi les véhicules les plus vendus aux États-Unis. Les marges importantes réalisées sur ces modèles permettent aux constructeurs de faire face à la hausse des coûts de l'acier et de l'aluminium, au plafonnement attendu des ventes et au déclin des voitures compactes (berlines et citadines). Les pick-ups ont particulièrement le vent en poupe sur le marché américain, où leur part est passée de 13% en 2012 à quelque 17,5% cette année. (afp/Le Matin)

Créé: 22.11.2019, 15h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.