Jeudi 5 décembre 2019 | Dernière mise à jour 20:39

Bien manger Un nouveau label sans OGM en Suisse

La révision du droit alimentaire prévoit enfin de remplacer le label «produit sans recours au génie génétique». Cet étiquetage est inapplicable, complexe et inutile pour promouvoir la qualité des produits agricoles suisses! Explications.

Le renoncement aux OGM dans le fourrage doit être valorisé dans les produits suisses.

Le renoncement aux OGM dans le fourrage doit être valorisé dans les produits suisses.

En partenariat avec «La semaine du goût»


Retrouvez chaque vendredi, la chronique d'un invité à la table du «Bien Manger».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les denrées alimentaires peuvent être étiquetées «produit sans recours au génie génétique» même si des médicaments et vitamines produits par génie génétique sont utilisés dans le processus de production. Cet étiquetage est donc une tromperie. Il est aussi inapplicable dans la pratique puisque certains médicaments et vitamines, administrés aux animaux d’élevage, ne sont plus disponibles autrement que produits par génie génétique.

De plus, il ne valorise pas non plus le fait que les paysans suisses renoncent à nourrir leurs animaux avec des OGM, soja ou maïs génétiquement modifiés. L’étiquetage «produit sans recours au génie génétique» doit donc disparaître. Mais comment valoriser l’absence d’OGM dans la nourriture des animaux?

Le compromis actuel semble favoriser les mentions «nourri sans OGM» ou «issu d’animaux nourris sans OGM». Ces labels ne parlent pas de génie génétique mais valorisent le fait que les animaux ne sont pas nourris avec des OGM. Malheureusement, la multiplication de ce type d’étiquetage sur de nombreux produits alimentaires industriels risque de faire oublier le fait que l’absence de fourrage OGM fait partie du cahier des charges de l’agriculture biologique et d’autres labels qui font l’effort d’exclure le maïs et le soja de l’alimentation animale.

Selon l’Alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique, seul un étiquetage positif – identifiant les produits «issus d’animaux nourris avec des OGM» – permettrait au consommateur de faire un choix clair, en évitant les confusions avec les labels existants. Ce label est malheureusement impossible à obtenir. Un étiquetage négatif est un compromis qui permet au consommateur de refuser la plupart des OGM puisque ceux-ci sont produits en large majorité pour l’affouragement animal.

Régis Dieckmann, secrétaire adjoint de l’Alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique - StopOGM

Créé: 15.11.2019, 09h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.