Mardi 15 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:00

Bien manger Des OGM 2.0 par la petite porte

Les organismes édités génétiquement sont introduits en silence, sans étiquetage ni évaluation.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: DR

En partenariat avec «La semaine du goût»


Retrouvez chaque vendredi, la chronique d'un invité à la table du «Bien Manger».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les nouvelles techniques de génie génétique ont ouvert la porte aux OGM dans certains pays en contournant la réglementation existante sur le génie génétique. De l’huile de soja manipulé génétiquement a été commercialisée pour la consommation humaine aux États-Unis. Un tilapia, le deuxième poisson d’élevage le plus consommé au monde, a été modifié génétiquement et autorisé à la consommation en Argentine.

Ces organismes ont été manipulés par édition génomique. Comme ils ne contiennent pas d'ADN étranger, ils ne sont pas considérés légalement comme des OGM dans leur pays de production et ne doivent donc pas être étiquetés comme tels.

Jusqu'à présent, l’huile de soja génétiquement modifiée a été vendue uniquement à des restaurants dont le nom n’a pas été rendu public. Aux États-Unis, les nouveaux OGM sont introduits en silence, sans évaluation environnementale, sanitaire ou socio-économique puisqu’ils n’ont pas à être déclarés. Ce sont des OGM introduits par la petite porte.

L’Union européenne, depuis l’arrêt du 25 juillet 2018, considère au contraire que les nouvelles techniques de modification génétique produisent des OGM. Si ces produits venaient à être importés en Suisse par l’Europe, l’huile de soja et les filets de tilapia devraient être étiquetés « OGM » avant d’arriver à nos frontières.

Est-ce que ces étiquettes resteront lors de leur entrée en Suisse? Alors qu’aucun débat public d’envergure n’a encore eu lieu sur la question, le Conseil fédéral devrait proposer une réglementation sur ces OGM 2.0 d’ici la fin de l’année.

Une législation restrictive sur les nouveaux OGM ne serait pas seulement un non aux OGM mais un oui à une redistribution des fonds publics et privés vers des solutions agricoles durables dans l’intérêt des citoyens, de la biodiversité et du bien manger.

Pas d’OGM par la petite porte! Visitez notre site d’information à ce sujet.

Créé: 10.05.2019, 06h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.