Lundi 25 septembre 2017 | Dernière mise à jour 03:10

Les OGM ont leurs coins de prédilection

Entre le tout-génétiquement modifié et le refus de savoir, certains pays, notamment ceux en développement, vont de l’avant.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En moins de vingt ans, les variétés transgéniques de soja, maïs, coton – mais non de blé, sauf celui de Monsanto qui a récemment défrayé la chronique – ont centuplé leur étendue pour atteindre aujourd’hui 175 millions d’hectares, selon la très génophile ISAA.

On connaît l’adoption rapide des variétés transgéniques (organismes génétiquement modifiés, OGM) par l’agriculture intensive aux Etats-Unis, où leur développement stagne toutefois. La progression de ces cultures est désormais due à d’autres acteurs: dès 2012, les pays en développement plantent davantage d’hectares de plantes transgéniques que les pays industriels.

En Suisse, anesthésiés par le confort d’un moratoire indéfiniment prolongé, nous ne voyons guère que, loin de nous, le débat sur les OGM évolue. Un rapport de GMFuturos à l’Université de Durham fait le point sur trois grandes puissances émergentes agricoles, le Mexique, le Brésil et l’Inde.

Coton, soja, maïs pour le Mexique et le Brésil

Le Mexique est à la fois le berceau de la révolution verte, donc d’une agriculture productive, et celui du maïs, dont il est le gardien de la diversité. En 2001, des chercheurs de Berkeley détectent des contaminations OGM au milieu de plantations de maïs traditionnel. Ces résultats seront invalidés, puis partiellement revalidés par la suite.

Dès 2005, le pays élabore un régime de «Centres d’origine du maïs» qui définit des zones de protection des cultures traditionnelles du maïs, où toute culture OGM est prohibée; la zone de protection est d’abord appliquée à tout le pays, puis le Nord du Mexique – région de cultures industrielles – en est exempté, mais l’affaire se poursuit en justice.

Aujourd’hui, seul le coton est planté à grande échelle dans sa variété transgénique. La difficile division d’un pays en zones OGM et sans OGM, la défense d’une agriculture de qualité sont d’un intérêt particulier pour la Suisse.

Le Brésil est aujourd’hui le principal exportateur de soja à destination de la Chine, un soja transgénique à 92%. Pourtant, l’aventure avait débuté par un moratoire judiciaire (obtenu par Greenpeace) sur toutes cultures OGM, et qui fonctionna longtemps. Mais, les cultures illégales de soja OGM se multipliant, un décret du président Lula autorise en 2003 la distribution et la vente de soja transgénique.

Aujourd’hui le Brésil est le deuxième «producteur OGM» du monde, derrière les Etats-Unis. Ce changement s’expliquerait notamment par des régulations claires (voire tolérantes). De plus les chercheurs brésiliens se sont approprié la technologie et l’appliquent à la canne à sucre et aux haricots, aliment de base des ménages de tout le pays. Incitations économiques aussi, car pour les petits paysans déjà producteurs de soja traditionnel, le soja OGM a permis de réduire la facture de pesticides. Finalement, les «anti-OGM» brésiliens auraient muté en pragmatiques «pro alternative aux OGM», militant pour une agriculture de qualité et des produits tant bio que locaux.

Aubergines et coton pour l'Inde

En 2001, du coton transgénique (coton Bt) planté illégalement est découvert en Inde. Ce coton est approuvé rétrospectivement et reste à ce jour la seule plante transgénique autorisée dans le pays.

L’Inde est le plus grand producteur de coton au monde, un coton transgénique à 93%. Contrairement au Brésil, les procédures d’approbation sont rocambolesques et impliquent ministères, experts et juges. Présentement, un moratoire indéfini couvrant plantations et essais plein champ est proposé par un groupe d’experts nommés par la Cour suprême, en attente de procédures de régulations claires (le ministère de l’environnement combat cette proposition).

Paradoxalement l’Inde se positionne comme une championne de la recherche, avec une vingtaine de variétés transgéniques développées dans le pays. Parions qu’une fois l’imbroglio des régulations résolu, l’Inde se positionnera comme grande puissance en matière de biotechnologie agricole.

Lorsque Monsanto s’approprie l’aubergine et en propose une variété transgénique – le Brinjal Bt –, cette dernière devient le symbole du postcolonialisme et du néolibéralisme. Interdite en Inde, Monsanto se tourne vers le Bangladesh voisin qui vient de commercialiser l’aubergine transgénique, expérience marginale certes, avec 20 producteurs sur 150’000 participant à l’expérience. Le Bangladesh a bien monnayé son assentiment: un accord négocié avec Monsanto stipule que l’entreprise fait don des graines aux paysans, lesquels se voient garanti le droit de les stocker et de les semer à nouveau.

()

Créé: 08.05.2017, 10h16

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne