Mercredi 19 septembre 2018 | Dernière mise à jour 16:17

Bien manger Des omelettes sans arrière-goût

Si on ne sait pas qui de la poule ou de l’œuf est venu en premier, les victimes de l’omelette sont toujours les poussins.

En partenariat avec «La semaine du goût»


Retrouvez chaque vendredi, la chronique d'un invité à la table du «Bien Manger».

Liens utiles

Suivez la campagne sur mdm.ch
et Facebook

www.stopogm.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans l’industrie avicole, les poules pondeuses ont été sélectionnées pour produire beaucoup d’œufs mais leurs poussins ne grossissent pas assez vite. Les poussins mâles ne génèrent donc pas de profit car ils ne pondent pas d'œufs et produisent peu de viande. Ils sont donc soixante milliards par an à être triés après éclosion et immédiatement éliminés soit par broyage ou par gazage au dioxyde de carbone. Un dilemme éthique pour les consommateurs et les producteurs d’œufs!

Ce qui était auparavant largement ignoré doit être résolu avec les nouvelles techniques de génie génétique (NTGG). Selon une méthode en développement, les poules seront clonées et modifiées génétiquement (GM) pour permettre le marquage fluorescent des œufs contenant des mâles. Ces œufs seront reconnaissables sous une lumière UV et écartés avant éclosion.

Encore un exemple de l’utilisation du génie génétique pour résoudre un problème de l’agriculture industrielle.

Les NTGG utilisées pour modifier ces poules pourraient ne pas être assujetties au cadre réglementaire qui régule le génie génétique en Suisse. En cas de dérégulation, les produits issus de ces poules GM seraient mélangés aux produits conventionnels sur les étalages suisses et contourneraient le moratoire sur les OGM en vigueur jusqu’en 2021.

Quel avantage pour le consommateur ? Aucun. D’autres méthodes de détermination du sexe dans l’œuf sont à un stade de développement plus avancé et peuvent être utilisées pour toutes les poules, sans manipulation génétique. La sélection de nouvelles races de poules pondeuses pour l’agriculture biologique montre qu’il est économiquement viable d’élever des poules produisant des poussins robustes et des œufs en quantité. Au lieu de la fuite en avant vers plus de génie génétique, il existe des alternatives pour nous permettre de manger des omelettes…sans arrière-goût. (Le Matin)

Créé: 31.08.2018, 10h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne