Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 08:41

Partenariat Les semences de l’indépendance

Cette année, le Conseil fédéral régulera le statut des techniques d’édition génomique. Il serait inspiré de se pencher également sur une révision de la loi sur les brevets et sur une interdiction des brevets sur les plantes et les animaux.

Pas de brevets sur les semences! © <a href=No Patents On Seeds!" class="jqzoomINNER"/>

Pas de brevets sur les semences! © No Patents On Seeds! Image: DR

En partenariat avec La semaine du goût


Retrouvez chaque vendredi, la chronique d'un invité à la table du «Bien Manger».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le confinement a fait jaillir de nombreuses initiatives pour soutenir la production et la vente de denrées alimentaires locales. Génial. Pourvu que ça dure!

Mais garantir notre indépendance alimentaire, c’est aussi assurer un accès à des plants et des semences variés et adaptés aux conditions climatiques locales. De nombreuses demandes de brevets – portant sur des variétés de plantes obtenues par sélection conventionnelle – ont été déposées à l’Office européen des brevets (OEB). Il s’agit, entre autres, de brevets sur les épinards, le maïs, les tomates, la betterave, les brocolis et les pommes de terre.

Ces brevets sont de plus en plus larges et restrictifs. Ils couvrent non seulement les semences, mais aussi la méthode de récolte d’une variété de brocoli ou la production de bière. Ils tendent ainsi à réduire l’innovation en matière de sélection végétale et favorisent le détournement des ressources génétiques hors des mains des paysans et des gouvernements. La Suisse n’est pas en reste puisqu’elle suit largement les directives de l’OEB.

Privatisation des ressources génétiques

La modification des plantes par génie génétique est à l’origine de l’extension de ce système de privatisation des ressources génétiques. Et ce processus tend à s’accélérer. En effet, les techniques récentes d’édition génomique permettent de modifier rapidement un large éventail d’espèces végétales et animales et de les breveter en tant qu’invention technique. Cette évolution pose la question de la réduction du nombre de variétés végétales en accès libre et de l’indépendance des éleveurs. Ainsi, même les États-Unis ont soumis les animaux édités génétiquement à une approbation par les autorités avant leur commercialisation…

Cette année, le Conseil fédéral régulera le statut des techniques d’édition génomique. Afin de garantir notre indépendance alimentaire, il serait inspiré de se pencher également sur une révision de la loi sur les brevets et sur une interdiction des brevets sur les plantes et les animaux afin d’atténuer quelque peu cette inquiétante privatisation du vivant.

Régis Dieckmann, Alliance suisse pour une agriculture sans génie génétique - StopOGM

Créé: 15.05.2020, 06h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.